•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Saint-Gédéon, on garde l’espoir d’un compromis pour la construction d’un épi

Le chenal de la Belle Rivière.

Le niveau d'eau était bas à l'été 2021 sur la Belle Rivière.

Photo : Facebook : Club nautique Belle-Rivière

Le Comité de citoyens de Saint-Gédéon souhaite que le dialogue avec Rio Tinto incite la multinationale à réviser son plan de protection des berges du lac Saint-Jean et de la Belle Rivière.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, la présidente du Comité, Marie-Léa Truchon, maintient que la proposition de construire un épi de 140 mètres n’est toujours pas acceptée au sein de la communauté.

Ce qu’on déplore, c’est l’imposante structure. Pour les gens qui utilisent leur terrain chaque jour, ça va limiter beaucoup l’accessibilité au lac, a-t-elle mentionné.

Elle assure que tous les membres du Comité reconnaissent l’importance de rediriger la rivière, de régénérer la plage à long terme et de libérer le chenal.

Une carte d'une plage avec des structures.

L'épi projeté par Rio Tinto à la sortie de la Belle Rivière a une longueur de 140 mètres.

Photo : Gracieuseté de Rio Tinto

Par contre, Marie-Léa Truchon soutient que les 24 propriétaires concernés ont été surpris du plus récent scénario proposé par Rio Tinto parce qu’il ne faisait pas partie des discussions qui durent pourtant depuis des mois avec l’entreprise.

On avait proposé un épi de 120 mètres au lieu de 140. Ça peut paraître banal, mais les 20 mètres permettent quand même aux enfants et aux adultes de faire des sports nautiques de manière sécuritaire, indique-t-elle.

« Rio Tinto poursuit ses démarches afin d’obtenir les autorisations réglementaires en vue de travaux à l’hiver 2023. »

— Une citation de  Malika Cherry, porte-parole de Rio Tinto

Rio Tinto assure qu’elle a évalué toutes les options.

Le processus de consultation a été important et a nécessité 27 rencontres avec différents intervenants du milieu, et ce, depuis décembre 2021. La solution retenue est issue de cette consultation et se veut un compromis entre les préoccupations soulevées d’une part et le respect du cadre du décret ainsi que de l’ensemble du cadre réglementaire applicable d’autre part, a répondu par écrit la porte-parole de l’entreprise, Malika Cherry.

L’optimisme demeure

Malgré le désaccord, le Comité de citoyens garde espoir et pense avoir une bonne oreille dans les rangs de Rio Tinto.

« On sent qu’il y a quand même de l’écoute. Il y a encore des discussions. J’entends vraiment qu’on est en 2022 maintenant, on fait les choses autrement. »

— Une citation de  Marie-Léa Truchon, présidente du Comité de citoyens de Saint-Gédéon

Mme Truchon invite maintenant l’entreprise et les élus à prendre le temps qu’il faut pour arriver à un projet acceptable, même si elle comprend que le temps presse pour procéder aux travaux cet hiver.

Il n’y a aucune résidence en danger, donc on peut prendre le temps de bien faire les choses. Quelques mois de plus, quelques mois de moins, je pense que c’est important ici qu’on ait l’acceptabilité sociale, conclut Marie-Léa Truchon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...