•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ralentissement économique anticipé n’empêche pas Québec d’aider les aînés

Le gouvernement Legault accorde aux aînés de 70 ans et plus un crédit d'impôt bonifié, qui passera de 411 $ à 2000 $.

Eric Girard avance avec un document à la main, et il porte un couvre-visage.

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a fait le point sur la situation économique et financière du Québec. Le gouvernement Legault prévoit que la hausse du PIB réel de la province, qui devrait être de 3,1 % en 2022, passera à 0,7 % en 2023.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le Québec subit un important ralentissement de sa croissance économique : dans la mise à jour qu'il a publiée jeudi, le ministre des Finances, Eric Girard, prévoit que la hausse du PIB réel de la province, qui devrait être de 3,1 % en 2022, passera à 0,7 % en 2023.

Le ministre Girard prévoit en outre que la création d'emplois ralentira au Québec, après une hausse annuelle record de 169 400 emplois en 2021 (+4,1 %).

Jusqu'à maintenant cette année, 103 400 emplois ont été créés, mais ce nombre devrait s'établir à seulement 31 000 nouveaux emplois l'an prochain.

Dans ce contexte de ralentissement économique, la demande de travailleurs diminuera; par conséquent, Québec s'attend à une croissance temporaire du taux de chômage.

Ce dernier devrait ainsi se fixer à 4,5 % en 2022, un creux annuel historique, avant de remonter légèrement pour se situer à 5,0 % en 2023.

Un soutien aux aînés

Certes, la flambée de l'inflation est venue mettre de la pression sur les finances de nombreux ménages, a reconnu le ministre Girard. Mais elle a, en parallèle, fait augmenter les revenus de l'État, et ces revenus additionnels seront consacrés en bonne partie à protéger le pouvoir d'achat des Québécois, a-t-il expliqué.

En plus des mesures annoncées récemment, soit le plafond de 3 % pour l'augmentation des tarifs gouvernementaux et l'aide aux contribuables dont le revenu est inférieur à 50 000 $, Québec bonifie le crédit d’impôt remboursable pour les aînés de plus de 70 ans.

Ce crédit d'impôt passe de 411 $ à 2000 $, et ce, dès la production de la déclaration de revenus de 2022.

Cette mesure, qui sera offerte chaque année, grugera 1,5 milliard de dollars additionnels au Trésor public et quelque 8 milliards de dollars d'ici cinq ans.

Depuis la publication de son budget, en mars dernier, le gouvernement Legault affirme avoir consacré près de 14 milliards de dollars pour aider les contribuables à faire face à la hausse du coût de la vie.

Le ministre Eric Girard arbore un masque en conférence de presse.

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, fait le point en conférence de presse sur le contenu de son énoncé économique. En dépit de l'important ralentissement anticipé de la croissance économique, le gouvernement Legault accorde aux aînés de 70 ans et plus un crédit d'impôt bonifié, qui passera de 411 $ à 2000 $.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

« Dans le cadre de cette mise à jour économique, notre gouvernement a fait le choix de redonner aux Québécois, avec son bouclier anti-inflation, les revenus additionnels générés par l’inflation. Cet argent, c’est l’argent des Québécois. »

— Une citation de  Eric Girard, ministre des Finances du Québec

Le déficit revu à la baisse

En dépit des nuages qui planent à l'horizon, la situation demeure enviable pour le Québec. Le gouvernement revoit son déficit à la baisse : ce dernier devrait se situer à 5,2 milliards de dollars en 2022-2023, alors qu'il s'élevait à près de 6,5 milliards dans les prévisions du budget de mars 2022.

Le ministre Girard prévoit toujours un retour à l'équilibre budgétaire d'ici 2027-2028.

La dette brute du Québec, elle, s'établissait à 211 milliards de dollars au 31 mars 2022, ce qui représente 41,8 % du PIB.

Récession en vue?

En conférence de presse, le ministre Girard a expliqué que l'effet cumulé des hausses de taux imposées par la Banque du Canada n'avait pas encore atteint l'économie. Aussi, étant donné cette incertitude, le gouvernement de François Legault a élaboré un scénario alternatif pour composer avec une éventuelle récession.

« Il y a une forte incertitude qui plane sur les prévisions économiques. Nous avons pris la décision, et c'est la première fois, de présenter un scénario alternatif dans lequel une récession est envisagée. »

— Une citation de  Eric Girard, ministre des Finances du Québec

Nous serons prêts à agir si les prévisions devaient s'assombrir, a assuré le ministre Girard.

Les libéraux voulaient une allocation non imposable

En réaction à l'énoncé budgétaire du ministre Girard, le chef de l'opposition officielle par intérim, Marc Tanguay, a critiqué le fait que l'allocation destinée aux aînés sera imposable, contrairement à ce qu'avait proposé le Parti libéral du Québec (PLQ).

De plus, M. Tanguay reproche à M. Girard de comparer le niveau de vie des Québécois à celui des Ontariens dans son énoncé budgétaire. Mais qu'en est-il de leur qualité de vie? s'est interrogé le chef libéral par intérim. Qui dit qualité de vie dit accès aux services essentiels de l'État, a-t-il expliqué. Qu'on pense à la santé, à l'éducation, aux services de garde et à la justice.

Dans tous ces secteurs, il y a pénurie de main-d'œuvre, a souligné le député libéral, qui ne voit rien pour y remédier dans cette mise au point budgétaire.

Que du réchauffé, dit Québec solidaire

À part pour les aînés, il n’y a rien de sérieux pour aider les gens en 2023, a déclaré Haroun Bouazzi, porte-parole de Québec solidaire en matière de finances. Nos services publics vont probablement "manger une claque".

Le député de Maurice-Richard déplore notamment que le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) n'ait pas prévu de fonds d'urgence pour les sociétés de transport, dont la Société de transport de Montréal (STM).

Le PQ salue l'aide apportée aux aînés

Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, approuve la décision du gouvernement Legault d'apporter de l'aide aux aînés. Il salue aussi le fait qu'on investisse dans la lutte contre la violence par armes à feu, avec une somme de 253 millions de dollars sur cinq ans, destinée à Montréal.

Mais les louanges du PQ à l'égard de l'énoncé économique s'arrêtent là. Il y a un manque d'ambition et de volonté politique complètes sur la question des surprofits des pétrolières, dit M. St-Pierre Plamondon, qui y voit un vol qualifié à l'encontre du consommateur.

Le PQ réclame de Québec qu'il taxe ces profits engrangés par les pétrolières et qu'il réinjecte les revenus de cette taxe éventuelle dans les banques alimentaires, dans l'aide apportée aux ménages à faible revenu ou dans le secteur de l'éducation.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...