•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La rivière Magpie, dans la région de la Côte-Nord, est l’une des dernières grandes rivières sauvages du Québec, avec ses 280 km de longueur.

La rivière Magpie, dans la région de la Côte-Nord, est l’une des dernières grandes rivières sauvages du Québec, avec ses 280 km de longueur. (Archives)

Photo : SNAP Québec/Charlene Daubenfeld

Le prix Droits et Libertés 2022 a été remis à l'Alliance Muteshekau-shipu, mercredi soir, lors d'une cérémonie de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, à Montréal.

Le jury a décerné la distinction à l’Alliance pour avoir unilatéralement octroyé en février 2021 le statut de personnalité juridique à la rivière Magpie, sur la Côte-Nord. La Magpie est alors devenue le premier site naturel du pays à se faire attribuer un tel statut.

Les droits de couler et évoluer naturellement, de maintenir sa biodiversité et d'être protégée contre la pollution font notamment partie de ces droits proclamés pour la rivière.

Jean-Charles Piétacho, chef de la communauté d'Ekuanitshit, en marge de l'assemblée générale annuelle de l'Assemblée des Premières Nations du Canada.

Jean-Charles Piétacho, le chef de la communauté d'Ekuanitshit, a prononcé un discours de remerciement lors de la cérémonie de mercredi soir. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guy Bois

Le chef de la communauté d'Ekuanitshit, Jean-Charles Piétacho, est l’un des porte-paroles les plus militants de l’Alliance pour la protection de la rivière. Il estime que le prix de la Commission accorde une reconnaissance claire des efforts de ses alliés, fournis au cours des dernières années.

On a essayé, on a crié. Mais personne ne nous entendait, a-t-il laissé tomber.

« Aujourd'hui je pense qu'on emprunte le bon chemin pour protéger la nature; dans notre cas : la Muteshekau-shipu, la rivière Magpie. »

— Une citation de  Jean-Charles Piétacho, chef de la communauté d'Ekuanitshit

Dans son discours de remerciement, le préfet de la Minganie, Luc Noël, a insisté sur le caractère visionnaire du regroupement dont il fait partie. Ce qu’on veut, c’est un environnement sain pour tous nos enfants. Pour tout le monde!

Décerné dans le cadre de la COP15 sur la biodiversité, le prix Droits et Libertés 2022 a comme thème Notre planète, nos droits. En plus de l’Alliance Muteshekau-shipu, deux autres initiatives étaient en lice pour l'obtention du prix :

  • Le regroupement Mères au front, qui vise à protéger les générations futures contre les conséquences des changements climatiques.
  • Eureko, un OBNL saguenéen qui s'affaire à créer des milieux favorables à la santé des gens.

La lutte continue

L'Alliance Muteshekau-shipu exhorte depuis plusieurs années le gouvernement provincial à protéger officiellement la Magpie. La rivière est considérée comme un des meilleurs sites du monde concernant les expéditions en eaux vives.

De son côté, le gouvernement Legault refuse toujours d'écarter la possibilité qu'un barrage hydroélectrique soit construit sur la rivière. Le ministre de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, affirmait mercredi qu’il ignorait toujours quelles rivières de la province devront être harnachées pour faire place aux barrages souhaités par le premier ministre.

La directrice de l’aménagement du territoire de la Minganie, Sarah Richard, réclame que le gouvernement se prononce de manière claire sur le sort de la Magpie. D’ici là, elle affirme que la bataille pour préserver le site dans son état naturel n’est pas terminée.

L’objectif n’est pas d’interdire tout développement sur la rivière, il pourrait y avoir du récréotourisme par exemple, propose-t-elle. Mais on va se battre pour que le gouvernement en fasse une aire protégée.

Elle affirme que l’alliance nommera dans les prochains mois des défenseurs de la rivière. Un défenseur légal sera là pour protéger la rivière de tout ce qui peut lui arriver de mauvais [sur le plan légal]. Il y aura aussi un défenseur ancestral, qui aura d’autres fonctions que le défenseur légal.

Elle promet également de mettre davantage de mesures en place dans la prochaine année pour convaincre le gouvernement de protéger la Magpie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...