•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une sommité du système de santé plaide pour le renforcement de l’assurance maladie

Une personne.

Selon l’ancien haut fonctionnaire Tony Dagnone, l'Autorité de santé de la Saskatchewan doit défendre et renforcer l'assurance maladie même si cela doit contrarier le gouvernement provincial.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Une sommité du système de santé au Canada, Tony Dagnone, appelle le conseil d'administration de l'Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) à défendre l'assurance maladie, même si cela doit provoquer la colère du gouvernement provincial. Tony Dagnone a été pendant 15 ans président-directeur général de l'Hôpital universitaire royal de Saskatoon.

C'est d'une importance cruciale, une question de vie ou de mort. C'est la Saskatchewan qui a donné au Canada l'assurance maladie. Il faut la renforcer, pas l'affaiblir, affirme celui qui est aussi récipiendaire de l'Ordre du Canada, la plus haute distinction civile du pays.

Tony Dagnone avai été recruté pour superviser des hôpitaux, des régions sanitaires et des systèmes de santé provinciaux en Saskatchewan, en Ontario et en Alberta. Mais, tout comme le reste du conseil d'administration des services de santé de l'Alberta, il a été congédié le mois dernier par la première ministre, Danielle Smith.

Depuis, il estime que le gouvernement de la Saskatchewan suit celui de l'Alberta sur toute une série de questions, prenant des décisions basées sur la politique ou les différends avec Ottawa.

Il s'agit notamment, selon lui, de positions antiscientifiques sur la COVID-19 ou de mouvements idéologiques en faveur des soins de santé privés.

Tony Dagnone qualifie ces décisions de farfelues et a déclaré que des gens mourront si Danielle Smith continue à ignorer les avis des experts et des professionnels.

En ce qui concerne la santé de l'Alberta, il fait remarquer que la situation s'est rapidement détériorée depuis, avec des retards dans les opérations chirurgicales et des perturbations dans les hôpitaux pour enfants et dans d'autres établissements.

Le C. A. de la SHA doit prendre l'initiative

Tony Dagnone affirme que la Saskatchewan doit adopter une approche différente pour éviter un sort similaire et que c'est au conseil d'administration de l'Autorité de la santé de la Saskatchewan de prendre l'initiative, .

Il ajoute qu'un leadership éthique fondé sur des preuves, qui communique fréquemment et ouvertement, est essentiel à la santé de toute organisation.

Le conseil d'administration actuel agit tout simplement comme une marionnette du gouvernement, et c'est mal. Terriblement mal.

Il ne me semble pas que le conseil d'administration de l'Autorité de la santé de la Saskatchewan remplisse ses obligations envers les habitants de la Saskatchewan. Il semble manquer à l'appel, alors que les soins de santé deviennent de plus en plus fragiles. Je ne peux m'empêcher de conclure cela, affirme Tony Dagnone.

Lorsqu'il s'agit de la question vitale des soins de santé, le conseil d'administration de la SHA doit servir de guide de contrôle sur tout cela, ajoute-t-il.

La demande d'entrevue de CBC/Radio-Canada adressée à la présidente du conseil d'administration de la SHA, Arlene Wiks, n'a pas reçu de réponse favorable.

Avec les informations de Jason Warick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...