•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commerce de détail : avec 31 935 postes vacants, les salaires des employés augmentent

Une femme met de l'argent dans une caisse enregistreuse.

Détail Québec note une importante hausse salariale pour toutes les catégories de postes dans le commerce de détail.

Photo : iStock / time99lek

Radio-Canada

Avec 31 935 postes vacants dans le secteur du commerce de détail au Québec, les employeurs redoublent d'efforts afin d'attirer et de fidéliser leur personnel. Entre 2016 et 2022, les salaires et les avantages sociaux ont augmenté dans toutes les catégories d’emploi de ce secteur économique, selon une enquête de Détail Québec.

Détail Québec a répertorié les salaires médians de quelques emplois repères en 2022. Pour tous ces emplois repères, les salaires ont augmenté entre 22 % et 39 % depuis 2016.

Détail Québec en conclut une importante hausse salariale pour toutes les catégories de postes dans le commerce du détail. Les emplois dans le commerce électronique sont particulièrement bien payés : le salaire horaire médian d’un gestionnaire du commerce électronique est de 47,97 $. Détail Québec n’a toutefois pas les données nécessaires pour calculer la variation de ce salaire par rapport à 2016.

À cela s’ajoute une bonification des avantages et des conditions de travail. Par exemple, de plus en plus de détaillants offrent un régime d’assurance collective (82 % en 2022 contre 77 % en 2016) et trois entreprises sur quatre offrent un régime de retraite.

C'est notamment parce que le secteur du commerce du détail n’échappe pas à la pénurie de main-d'œuvre que connaît le Canada, notamment après avoir été fortement touché par les confinements pour lutter contre la propagation de la COVID-19. Les employeurs n’ont donc pas d’autre choix que de redoubler d'efforts afin d'attirer et de fidéliser leur personnel, explique-t-on.

En effet, 31 935 postes sont vacants dans le secteur au Québec. Cela représente environ 12 % des 254 475 postes vacants dans la province, tous secteurs confondus, pour le deuxième trimestre de 2022, selon Statistique Canada.

Et par rapport au reste du Canada, cela représente environ 29 % des 111 090 postes vacants dans le secteur du détail d’un bout à l’autre du pays au second trimestre de 2022.

Selon Manuel Champagne, directeur général de Détail Québec, l'enquête permet de défaire de nombreux préjugés entourant les emplois dans le commerce de détail. Les résultats de l'enquête démontrent l'amélioration des conditions salariales et l'intérêt grandissant des détaillants à travailler sur leur expérience employé. Si l'on se fie aux données du marché, les détaillants ont pris les devants en offrant beaucoup plus que le salaire minimum ainsi que des conditions compétitives attractives.

Méthodologie

L’enquête a été réalisée par Détail Québec, un organisme à but non lucratif qui réunit des représentants d'employeurs et de travailleurs du secteur du commerce de détail, en collaboration avec Rémunia, avec la participation de détaillants représentant plus de 1550 établissements de tous les sous-secteurs d'activités du commerce de détail et de toutes les régions du Québec. Cette étude est le fruit de l'analyse des données salariales de 37 676 travailleurs du secteur au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...