•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déficit d’OC Transpo ne sera pas entièrement couvert par les subventions provinciales

L'intérieur d'un wagon de train.

Frédéric Pepin s'est entretenu avec Laura Shantz, la représentante d'un groupe qui milite pour des transports en communs abordables à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

La Ville d'Ottawa n'a pas reçu suffisamment d'aide de la part de la province pour son transport en commun. L’annonce tant attendue du gouvernement ontarien pour couvrir entièrement son déficit prévu de 85 millions de dollars pour 2022 atteindra 63 millions de dollars, soit un manque à gagner de 22 millions de dollars.

Le gouvernement de l'Ontario a annoncé, mercredi, une aide de 505 millions de dollars aux municipalités pour couvrir les pertes liées à la pandémie de COVID-19.

La Ville d’Ottawa avait anticipé cette annonce depuis plusieurs mois, surtout après avoir déposé un rapport, en septembre, où il était indiqué qu'elle s'attendait à ce que le service des transports en commun soit en déficit de 85 millions de dollars d'ici la fin de l'année. Rappelons qu’en Ontario, les municipalités ne sont pas autorisées à enregistrer des déficits.

La Ville avait élaboré un budget pour son transport en commun, en 2022, basé sur le retour de l'achalandage à 82 % des niveaux d'avant la pandémie, en moyenne. Mais cet achalandage ne s'est même pas approché de ce niveau sur toute l'année, de sorte qu’OC Transpo se retrouve avec un sérieux manque à gagner.

Frédéric Pepin s'est entretenu avec Laura Shantz, la représentante d'un groupe qui milite pour des transports en communs abordables à Ottawa.

La directrice des finances de la Ville d'Ottawa, Wendy Stephanson, a expliqué à la Commission du transport en commun, en septembre, qu'elle s'attendait à ce que le déficit soit entièrement comblé par le financement de la province.

Nous aurons donc un manque à gagner, a indiqué, mercredi, celle qui occupe désormais le poste de directrice municipale par intérim depuis la démission surprise de Steve Kanellakos, la semaine dernière.

À ce stade, nous allons combler le déficit par le biais de la réserve de fonctionnement du transport en commun, a-t-elle expliqué.

Si d'autres municipalités n'utilisent pas leurs aides provinciales, Mme Stephanson a indiqué qu'Ottawa pourrait soumettre une nouvelle demande à la province.

Gel des tarifs

Alors que l’administration travaille sur le budget 2023, le personnel de la Ville se prépare à ce que les programmes de secours liés à la COVID, tant au niveau provincial que fédéral, ne seront pas maintenus en place.

Dans le cadre de ce budget, le maire Mark Sutcliffe a déjà exprimé son intention de geler les tarifs de transport en commun à leurs niveaux actuels pendant un an, une promesse faite lors de la campagne électorale municipale et qui, selon lui, devrait coûter 5 millions de dollars.

Mme Stephanson a également abordé les recommandations récemment faites dans le rapport de la Commission d'enquête sur le réseau de train léger sur rail d’Ottawa, promettant de rétablir la confiance du public envers les services municipaux.

Le conseil municipal a également créé un sous-comité qui se concentrera sur la surveillance des questions non opérationnelles liées au train léger et sur la deuxième phase de construction du réseau.

Par ailleurs, OC Transpo a fait le bilan quant aux déplacements récents et aux effort d'embauche de la société par Tweet, jeudi.

Avec les informations de Kate Porter, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...