•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train léger d’Eglinton : aucun « plan crédible » pour finir la ligne, selon des documents

Une rame d'essai de la ligne de train léger d'Eglinton.

Le projet de train léger sur l'avenue Eglinton à Toronto a déjà subi des dépassements de coût de 1 milliard de dollars, selon des documents obtenus par CBC.

Photo : Radio-Canada / Christopher Mulligan

Radio-Canada

Le projet de train léger sur l’avenue Eglinton à Toronto a déjà subi des dépassements de coût de 1 milliard de dollars et il n’existe aucun « plan crédible » pour terminer les travaux, selon des documents confidentiels obtenus par CBC.

Le budget établi en 2018 pour la construction et l’entretien de la nouvelle ligne pendant 30 ans était de 11,78 milliards.

Or, la facture a grimpé à au moins 12,81 milliards, indiquent des documents de l’agence provinciale Metrolinx datant de l’automne dernier sur lesquels CBC a mis la main.

C’est sans parler de la somme supplémentaire de 260 millions que Crosslinx, le consortium privé construisant la ligne de 19 km, réclame à Metrolinx et à Infrastructure Ontario.

Le conseiller municipal Josh Matlow accuse Metrolinx de manquer de transparence.

« Le projet a été très mal géré. »

— Une citation de  John Matlow, conseiller municipal

Pas de date d’ouverture

Les travaux de construction de la ligne de train léger au nord du centre-ville ont commencé en 2011 et devaient être terminés initialement en 2020.

Une voiture arrêtée à côté des travaux.

La construction de la ligne de train léger d'Eglinton perturbe depuis plusieurs années la circulation routière près de l'intersection des artères Yonge et Eglinton.

Photo : Radio-Canada / Yan Theoret

Metrolinx a ensuite reporté l’ouverture à 2021, puis 2022 avant d’annoncer en septembre dernier que la ligne n'entrera pas en service cette année, mais sans fixer de nouvelle date d’ouverture.

Selon les documents obtenus par CBC, le consortium n’a pas présenté de plan crédible pour finir les travaux et certains échéanciers pour les essais de la ligne sont trop ambitieux et irréalisables.

« Metrolinx n’a aucune idée quand on verra la lumière au bout du tunnel. »

— Une citation de  John Matlow, conseiller municipal

Les documents obtenus par CBC indiquent qu’environ 98 % des travaux sont terminés et 79 % des tests prévus des rails et des rames ont été faits.

Le conseiller municipal Mike Colle affirme qu’il reste des obstacles très, très sérieux à régler, ce qui est épouvantable selon lui à ce stade-ci du projet.

« C’est un désordre qui n’en finit plus et ça va coûter des milliards aux Ontariens. »

— Une citation de  Mike Colle, conseiller municipal

Ni Metrolinx ni Infrastructure Ontario ni le consortium Crosslinx n'ont voulu commenter.

La ministre des Transports, Caroline Mulroney, a elle aussi été avare de commentaires lorsque CBC lui a demandé en point de presse mercredi s’il y avait un plan crédible pour finir les travaux. La priorité de notre gouvernement est de s’assurer que [la ligne] entre en service de façon sécuritaire dès que possible, a-t-elle répondu.

Pour Shelagh Pizey-Allen du groupe d'usagers du transport en commun TTCRiders, le projet soulève des questions sur les partenariats public-privé (PPP). Ce qu'on voit avec le Eglinton Crosstown n'inspire pas la confiance, dit-elle.

Même son de cloche de la part du conseiller Matlow : Je pense que ce modèle doit être réévalué en entier.

D'après des renseignements fournis par Angelina King de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...