•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Québec est « en train d’échapper le tramway », selon Villeneuve

Claude Villeneuve.

Claude Villeneuve dit ne plus avoir confiance en Bruno Marchand (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

Audrey-Maude Vézina

Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Claude Villeneuve, a l’impression que le maire Bruno Marchand est « en train d’échapper le tramway » à plusieurs égards.

Il souligne entre autres les retards dans l'appel de propositions du matériel roulant et dans la publication du plan d’affaires du Bureau de projet, qui est reportée au mois de mars. Le 31 mars est la date limite pour soumettre les demandes au Programme d’infrastructures Investir dans le Canada (PIIC), dans lequel le gouvernement Trudeau souhaite puiser les sommes pour acquitter sa part des dépassements de coûts du tramway dans un contexte inflationniste.

Bouton menant au portail sur le tramway de Québec

Manifestement, les fonds fédéraux pour les dépassements de coûts, il va falloir oublier ça. Si on a un plan d'affaires qui va être prêt fin mars, un mémoire à déposer au Conseil des ministres qui doit être adopté, penser qu’au 31 mars ça va tout être acheminé au fédéral, c'est au mieux du jovialisme. Ça ne se passera pas.

Le chef de Québec d’abord se dit perplexe puisque le maire Marchand semble montrer qu'il sait comment aller chercher des fonds fédéraux, [qu’il est] au-dessus de ça, [que] tout va être correct. Puis là, on a la confirmation que ça ne va pas du tout.

Rupture de confiance

Il déplore aussi la résistance du maire lorsqu'il est questionné sur le fait qu’il n’y avait qu’un seul soumissionnaire pour le matériel roulant. Le maire disait que le cadre légal l'empêchait de nous dire quoi que ce soit, alors que manifestement, non. Il y a des personnes en position de responsabilité qui étaient en position de nous donner plus de détails.

Se considérant comme un appui de la première heure au projet de tramway, M. Villeneuve se demande si le maire souhaite qu’on lui enlève la patate chaude, parce que manifestement, il n’est plus en contrôle du projet. Puis il n’est plus en défense du projet.

On se demande si, dans le traquenard que le maire essaie de nous placer avec les documents budgétaires, ce n'est pas souhaité du côté de l'administration qu'on vote contre le budget du tramway demain pour que le maire n'ait pas l'odieux de se retirer lui-même.

Une esquisse montre deux tramways en train de circuler l'hiver sur le chemin des Quatre-Bourgeois à la hauteur de l’avenue Duchesneau, dans le secteur de Sainte-Foy.

Les travaux de construction du tramway doivent commencer à la fin de l’été 2023.

Photo : Gracieuseté : Ville de Québec

En prévision des votes jeudi, le chef de l’opposition dit avoir acheminé leurs demandes directement à la direction générale, ajoutant avoir eu une rupture de confiance avec le cabinet du maire.

Par deux fois, on répond à mes interventions par une déclaration écrite de l'attaché de presse, ce qui en dit très long sur l'évaluation, dans l'équipe du maire, [...] qu'on fait des conseillers municipaux. [...] Depuis le changement d'administration, c'est vraiment rendu un one-man show à l'hôtel de ville.

Le budget du tramway doit être soumis au vote des élus demain lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal. Dans le contexte actuel, l'opposition officielle n'est pas certaine de l'appuyer.

Claude Villeneuve souligne que, autant que possible, leur décision ne sera pas dictée par la petite politique que mène le cabinet du maire Marchand. Quand c’est bon pour la ville, on vote pour. Quand c’est pas bon pour la ville, on vote contre.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...