•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQ épingle quatre présumés fraudeurs

Une femme tient un téléphone intelligent dans une main et une carte bancaire dans l'autre.

Les suspects, selon la Sûreté du Québec, utilisaient les cartes volées pour acheter plusieurs centaines de dollars de cartes prépayées.

Photo : Radio-Canada

Quatre présumés fraudeurs de cartes de crédit ont été arrêtés à Amos et à Val-d'Or au cours des dernières heures.

Selon la Sûreté du Québec, ces suspects utilisaient tous le même stratagème.

Ils communiquaient par téléphone et se faisaient passer pour des [représentants d']institutions financières ou d'agences gouvernementales et demandaient à la personne visée de mettre une carte bancaire ou de crédit avec les informations s’y rattachant dans une enveloppe. Par la suite, un individu, qui se faisait passer pour un policier ou autre, se rendait chez la victime pour récupérer l’enveloppe, a expliqué la sergente Nancy Fournier, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Les présumés fraudeurs utilisaient ensuite les cartes volées pour acheter plusieurs centaines de dollars de cartes prépayées.

« Quand les policiers ont fait de la prévention auprès des commerçants, ils leur ont expliqué le stratagème de fraude. Un des commerçants a été vigilant. Il a remarqué une personne qui venait acheter des cartes prépayées pour un bon montant et il a avisé la Sûreté du Québec. »

— Une citation de  Nancy Fournier, porte-parole de la SQ

Trois hommes et une femme dans la vingtaine

Les policiers ont arrêté deux personnes à Amos et, après enquête, ont procédé à l'arrestation de deux autres suspects à Val-d'Or. Les quatre personnes, trois hommes et une femme dans la vingtaine, proviennent de l'extérieur de la région. Elles devaient comparaître au palais de justice aujourd'hui, mercredi. Des chefs d'accusation de fraude, de recel et de complot pourraient être déposés contre eux.

Il faut que les gens fassent preuve de prudence lorsque quelqu’un prétend travailler pour une institution financière, a souligné la porte-parole de la SQ. Ces appels sont souvent frauduleux. Les institutions financières ne communiquent pas avec les citoyens dans l’objectif de récupérer des cartes bancaires ou de débit avec les mots de passe.

Avec la collaboration de Marc-André Landry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...