•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vol d’électricité : Me Fradette réclame le retrait des accusations contre une accusée

L'avocat Jean-Marc Fradette est assis dans une salle d'audience.

L'avocat Jean-Marc Fradette

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Radio-Canada

L'une des accusés dans l’affaire de vol d'électricité au Lac-Saint-Jean réclame à la Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP) le retrait des accusations portées contre elles.

L'avocat de Marie-Pascale Gobeil, Me Jean-Marc Fradette, est persuadé que sa cliente n'est aucunement mêlée au stratagème allégué. On estime qu’aucune plainte n’aurait dû être portée contre la docteure Gobeil, mentionne Me Fradette.

Je regarde la preuve et je vois qu’elle n'est nulle part, avance-t-il. En fait, elle n'apparaît nulle part. C’est juste que les immeubles sont à son nom.

Pour être accusé d’un acte criminel, il faut qu’on ait commis l’acte criminel, qu’on y participe ou qu'on en soit complice et surtout qu’on soit au courant, lance l’avocat de Mme Gobeil qui assure que rien ne justifie une accusation criminelle.

Il demande donc le retrait des accusations de vol d'électricité et de méfaits portées contre Mme Gobeil et son cabinet de médecin. Selon lui, sa cliente subit actuellement les préjudices de cette mise en accusation.

Quand on n’est pas mêlé à ça, ça reste une atteinte à la réputation importante, fait valoir l’avocat de la défense. On travaille toute une vie pour se monter une réputation et ça prend une journée pour qu’elle soit démolie. Et là c’est ce qu’elle vit.

Me Fradette rappelle aussi que certains bâtiments visés par les vols présumés n'ont pas toujours été la propriété des trois personnes accusées durant la période où les délits auraient été commis.

Guillaume Goulet et Mathieu Goulet sont accusés également d'avoir volé de l'électricité.

Me Fradette remet aussi en doute la crédibilité du processus d’Hydro-Québec pour déterminer le vol, basé selon lui sur « des estimations irréelles ».

300 000 $

Les accusations ont été portées le 1er décembre au palais de justice de Roberval.

Les personnes visées ainsi que leurs entreprises respectives sont accusées d’avoir volé pour plus de 300 000 $ en électricité et causé des méfaits totalisant 20 000 $ à l’encontre d’Hydro-Québec.

Les infractions auraient été commises dans une quinzaine de résidences à Roberval, Chambord, Saint-Bruno, Saint-Félicien, Hébertville, Saint-Prime et Mashteuiatsh.

Selon des informations de Louis Martineau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...