•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fréquentation des banques alimentaires pour animaux en forte hausse à Windsor

 Roger Fordham, directeur général de Feeding Windsor montre la nourriture des animaux dans le stock.

En général, nous prévoyons une réserve de quatre ou cinq jours de nourriture humide ou sèche pour des chats ou des chiens, et parfois nous avons, de la nourriture pour des cochons d'Inde, selon M.Fordham.

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

Avec l'inflation et la hausse du coût de la vie, de plus en plus de familles n'ont plus les moyens de nourrir leurs animaux domestiques. Un phénomène que perçoivent très clairement les banques alimentaires pour animaux de la région de Windsor.

Depuis six ans, l'organisme Feeding Windsor distribue de la nourriture pour animaux deux fois par semaine dans l'un de ses points de service.

Leur fréquentation a presque doublé au cours des 10 derniers mois, affirme Roger Fordham, directeur général de l'organisme Feeding Windsor.

« Nous servons au moins 150 personnes par semaine et environ 600 par mois. »

— Une citation de  Roger Fordham, directeur général de l'organisme Feeding Windsor

Selon lui, les coûts élevés des loyers, l'augmentation des prix à l'épicerie et le chômage sont autant de facteurs qui sont à l'origine de cette forte demande.

L'organisme Feeding Windsor a pour mission d'assurer que des personnes à faible revenu puissent conserver leurs animaux, explique M. Fordham.

Rek Bachard réside à Windsor. Il a régulièrement recours aux banques alimentaires pour ses animaux de compagnie.

Je ne travaille pas en ce moment. Alors, c'est difficile de trouver de l'argent supplémentaire pour nourrir mon chat et mon chien, et subvenir à mes besoins quotidiens, explique-t-il.

« Je suis heureux que ces gars-là [de l'organisme Feeding Windsor] soient en mesure de nous aider. »

— Une citation de  Rek Bachard, usager d'une banque alimentaire pour animaux
Shon Pereira tient dans ses mains un paquet de nourriture pour ses animaux à l'arrière de sa voiture.

Grâce à Feeding Windsor, Shon Pereira repart avec de quoi nourrir ses animaux pendant un mois.

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

Shon Pereira est dans la même situation. Il a une dizaine de chats et deux chiens. Sans la banque alimentaire, il lui serait difficile de joindre les deux bouts chaque mois.

La période de Noël est particulièrement compliquée, surtout depuis que j'ai été licencié, je n’ai plus d'argent, dit-il.

« Mon loyer coûte cher en plus d'autres dépenses connexes, comme l'eau et l'électricité. Il ne me reste généralement que 200 $ pour la nourriture à la fin du mois. »

— Une citation de  Shon Pereira, usager d'une banque alimentaire pour animaux

Pas question de se séparer de son animal

Malgré leurs difficultés financières, ces propriétaires sont bien déterminés à garder leurs animaux de compagnie.

Je trouverai un moyen de les garder. Je suis un grand amoureux des animaux, donc je ne m'en débarrasserai jamais, affirme Rek Bachard.

Pour Shon Pereira, ses chats et chiens font partie intégrante de sa famille.

Je dois me sacrifier pour garder mes animaux de compagnie, dit-il.

« Je ne les donnerai jamais à personne. Je les aime trop. Ils sont comme mes enfants. »

— Une citation de  Shon Pereira

Selon M. Fordham, la communauté de Windsor est généreuse. Les stocks sont constamment alimentés, surtout grâce aux dons de la Société protectrice des animaux, d'entreprises locales et d'amoureux des animaux.

Selon la Société protectrice des animaux, 390 chiens et plus de 1000 chats ont été abandonnés dans la région depuis le début de l'année par leur propriétaire pour des raisons financières, notamment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...