•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amos invite les autres municipalités à signer la Charte de protection de l’enfant

Sébastien D'Astous derrière un lutrin.

Sébastien D'Astous souhaite toujours mobiliser les élus municipaux de la région dans la lutte contre la maltraitance faite aux enfants. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Amos invite les autres municipalités de l'Abitibi-Témiscamingue à signer la Charte municipale de protection de l’enfant.

La Ville d’Amos avait adhéré immédiatement au concept lors de la conférence de Nancy Audet visant à sensibiliser les villes à la maltraitance des enfants, en décembre 2021. Ce n’est toutefois que cette semaine qu’elle a signé la charte, portant ainsi à au moins 11 le nombre de municipalités signataires dans la région.

« À la suite de cette rencontre avec Nancy Audet, lors de sa présentation à Amos, on s’était présentés comme les leaders dans le domaine. Au fil des mois, on était à la signer nous aussi et maintenant, on espère que nos homologues vont emboîter le pas et signer à leur tour la Charte municipale de protection de l’enfant. »

— Une citation de  Sébastien D’Astous, maire d'Amos

Cette charte a été élaborée au printemps 2021 par la municipalité de Fortierville, dans le Centre-du-Québec, pour souligner le 100e anniversaire du décès de l'enfant martyr Aurore Gagnon. La charte a depuis été adoptée par plusieurs municipalités du Québec.

Des engagements pour les enfants

En signant la charte, les municipalités s’engagent à offrir un milieu de vie sécuritaire pour tous les enfants, à reconnaître leur droit d’être entendus, à poser des gestes de sensibilisation et des gestes de soutien.

On a des plans d’action. On a un comité qui est actif au niveau de la famille et des aînés. On veut assurer le sentiment de sécurité de nos enfants. On veut que nos enfants soient considérés comme des citoyens à part entière. On veut continuer de mettre l’effort d’organiser des activités pour les jeunes. Dans le fond, chaque fois qu’on va établir des politiques et des plans d’action, on va s’assurer qu’on est en phase avec la Charte municipale sur la protection de l’enfant, fait valoir le maire D’Astous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...