•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La N.-É. présente 68 objectifs pour s’attaquer aux changements climatiques

Gros plan sur les trois cheminées rouge et blanc de la centrale de Tufts Cove, à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, le 12 juillet 2012.

Les trois cheminées de la centrale de Tufts Cove, à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Le gouvernement a dévoilé plus de détails sur son plan pour lutter contre les changements climatiques et atteindre ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

« Je suis vraiment excitée de voir que, selon ce modèle, si on fait tout ce qu'il y a dans le plan [la Nouvelle-Écosse] pourrait surpasser ses cibles de diminution d'émissions d'ici 2030. »

— Une citation de  Marla MacLeod, directrice des programmes au Centre d’action écologique d’Halifax

Nous avons 68 objectifs qui sont intégrés dans 15 ministères gouvernementaux. Il est donc juste de dire que le coût de ce plan se situe dans les millions de dollars, laisse entendre le ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Timothy Halman.

Le gouvernement est prêt à dépenser pour s'adapter et atténuer les répercussions des changements climatiques.

Tim Halman en mêlée de presse à la sortie de la législature.

Timothy Halman est ministre de l'Environnement et du Changement climatique en Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Robert Short

Les 68 mesures font suite à la nouvelle évaluation provinciale des risques liés aux changements climatiques et à des conversations avec des Néo-Écossais. 

Notre plan aidera les Néo-Écossais à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, à économiser sur leurs factures d'énergie et à se préparer aux impacts des changements climatiques, assure le ministre Halman.

Nous y parviendrons en remplaçant les combustibles fossiles de nos secteurs de l'électricité, du bâtiment et des transports et en profitant des occasions qui se présentent au sein de l'économie propre.

Une voiture électrique qui est branchée à sa borne de recharge.

Une voiture électrique est branchée à sa borne de recharge.

Photo : Getty Images / piranka

Parmi les 68 objectifs, le gouvernement s’engage entre autres à :

  • interdire l'installation d'équipements de chauffage au mazout dans les bâtiments neufs d'ici 2025;
  • adopter le Code national de l'énergie pour les bâtiments;
  • soutenir la construction et la rénovation de maisons à consommation énergétique nette zéro et de logements collectifs;
  • créer des règlements provinciaux pour éliminer progressivement la production d'électricité au charbon d'ici 2030;
  • fournir un soutien financier aux fermes et autres entreprises pour qu'elles adoptent plus d'énergie solaire;
  • travailler avec les provinces voisines pour transférer plus d'électricité de l’Atlantique et du Québec grâce à des projets comme la boucle atlantique;
  • augmenter le nombre de véhicules zéro émission et de vélos électriques pour qu’ils constituent 30 % des ventes d’ici 2030.

Les 68 engagements de la province sont de belles idées, mais ils ne sont assortis d’aucun cadre pour leur mise en place. Ça s’en vient, promet le ministre Tim Halman.

Restez à l'affût, dit le ministre. Dans les prochaines semaines, il y aura des annonces parce qu’on veut agir rapidement.

Parmi les projets les plus concrets, on note le plan du port d’Halifax de se tourner vers des énergies renouvelables comme l'hydrogène vert.

Iain Rankin.

Le critique libéral en matière d’environnement Iain Rankin est content que le gouvernement ait finalement un plan même s'il n'est pas parfait.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Malgré tout, selon Iain Rankin, le critique libéral en matière d’environnement, ce plan manque de détails.

Un des trous béants, c’est qu’il n’y a pas de plan pour délaisser le charbon, dit-il.

Il n’y a pas eu de progrès pour atteindre cet objectif et aucun plan pour expliquer comment ils vont démanteler même une seule des centrales au charbon de la province.

Marla MacLeod, directrice des programmes au Centre d’action écologique d’Halifax, reproche aussi à ce plan d’action pour le climat de ne pas s’attaquer clairement aux mines de charbon et d’or qui à son avis ne devraient plus mener d'activités dans la province.

La femme répond aux questions des journalistes le 7 décembre 2022.

Marla MacLeod est directrice des programmes au Centre d’action écologique d’Halifax.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

Par contre, elle croit que les 68 buts à atteindre ont été somme toute bien choisis et qu’ils couvrent la plupart des secteurs importants.

Je suis vraiment contente de ce que j’ai lu et j’ai hâte de pouvoir étudier davantage ce document, dit-elle.

Marla MacLeod aurait quand même aimé voir plus de détails en ce qui a trait aux mécanismes de financement pour faire progresser la province.

Elle se demande aussi si la mise à jour annuelle sera un outil suffisant pour rendre la province redevable.

Dans le passé, la Nouvelle-Écosse a souvent manqué à ses promesses, rappelle-t-elle.

Ce que j’aimerais voir, ce sont des rapports annuels détaillés qui expliquent quand c’est le cas pourquoi nous n’avons pas atteint les cibles et ce que nous pouvons faire pour y remédier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...