•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès devant jury pour un homme déjà reconnu coupable de crimes à caractère sexuel

Steven Donusz Vallée, à son entrée au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts.

Steven Donusz Vallée, à son entrée au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts (archives)

Photo : Radio-Canada

Steven Donusz Vallée subira un procès devant jury pour répondre aux nouvelles accusations auxquelles il fait face.

On apprenait en septembre dernier que l’homme de 40 ans était accusé d’avoir incité, invité ou engagé un enfant de moins de 16 ans à avoir des contacts sexuels. On lui reproche également de ne pas avoir respecté l’interdiction de communiquer ou d’entrer en contact avec un enfant de moins de 16 ans.

Les faits qui lui sont reprochés se seraient produits entre le 1er avril 2022 et le 17 juillet 2022 à Mont-Joli.

Steven Donusz Vallée a été arrêté et incarcéré le 16 août dernier par les agents de la paix. Un mois plus tard, le juge a refusé sa remise en liberté.

L’avocat de la défense, la procureure aux poursuites criminelles et pénales ainsi que le juge de la Cour supérieure se sont entendus pour tenir un procès devant juge et jury. Il devrait avoir lieu sur deux semaines, à l’hiver 2023.

« C’est le choix qui a été fait simplement en raison de la nature du dossier, de l’évaluation qu’on fait de la preuve. »

— Une citation de  Me Pierre Gagnon, avocat de Steven Donusz Vallée.

S’il était déclaré coupable, il ferait face à une peine d’emprisonnement minimale d’un an et à une peine maximale de 14 ans, selon son avocat, Me Pierre Gagnon.

En 2016, l’accusé était propriétaire d’Animation en folie Gaspésie, une agence qui offrait des services d’animation lors de fêtes d’enfants. Il agissait à titre de clown, sous le nom de Clown Sucette. Steven Donusz Vallée avait à ce moment forcé un adolescent de 14 ans à avoir une relation sexuelle.

Il avait écopé d’une peine d’emprisonnement de 30 mois.

Selon des rapports d'évaluation psychiatrique et psychologique, l’accusé présentait des risques de récidive élevés. Il avait également été inscrit à perpétuité sur la liste des délinquants sexuels.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...