•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère agresse sexuellement son fils de 17 ans, et récidive 8 ans plus tard

Le palais de justice en hiver.

La première agression a eu lieu en 2013 et la deuxième en 2021 (archives).

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Une femme de Québec qui a reconnu avoir eu des échanges sexuels avec son fils à deux reprises s'expose à une peine de prison de cinq ans.

La mère de 50 ans s'est avancée devant le juge pour reconnaître sa culpabilité mercredi au palais de justice de Québec.

La première agression a eu lieu en 2013, alors que la femme a initié des contacts sexuels sur son fils de 17 ans. L'adolescent et sa mère avaient consommé de l'alcool pendant la soirée.

Selon le résumé des faits présentés par le procureur de la poursuite, Me Michel Bérubé, le garçon s'est confié à sa mère à propos d'une expérience sexuelle désagréable. La femme lui a alors demandé à voir son pénis avant de la masturber.

Le plaignant n'est pas à l'aise, mais ne dit rien, a relaté Me Bérubé.

Le lendemain, la mère a demandé à son fils de garder le silence sur cet événement.

Récidive

La résidente du quartier Limoilou a récidivé en 2021, en demandant à son fils de l'embrasser. L'homme de 25 ans refuse, mais sa mère l'embrasse et l'amène dans la chambre à coucher.

Elle lui mentionne alors vouloir une relation sexuelle complète, ce que la victime refuse. La femme va quand même le pousser sur le lit et poser certains gestes de nature sexuelle, avant de s'endormir.

Le plaignant est quant à lui demeuré sous le choc et n'a pas fermé l'œil de la nuit, a exposé l'avocat de la poursuite.

Me Michel Bérubé a annoncé au juge que la poursuite et la défense se sont entendues pour proposer une peine de cinq ans.

La mère reviendra devant le Tribunal au mois de février pour présenter au juge la suggestion commune.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...