•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inflation : le RTC à l’heure des choix

Une jeune femme avec son sac à dos attend l'autobus.

Une étudiante attend de prendre l'autobus.

Photo : Radio-Canada / André-Pier Bérubé

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) présente un budget équilibré pour 2023 malgré le contexte inflationniste. Cependant, la direction prévient que la fin de l’aide gouvernementale au sortir de la pandémie laisse présager des lendemains difficiles.

S’il y a une chose à retenir, c’est qu’il y aura des choix à faire, a lancé sans détour le directeur général du RTC, Alain Mercier, en marge du comité plénier sur le budget à l’hôtel de ville.

À sa dernière conférence de presse avant l'entrée en fonction de son successeur, Nicolas Girard, M. Mercier s'est félicité de laisser la maison en bon état.

Le Réseau de transport de la Capitale propose un budget de 256 millions pour 2023, en hausse de 2,5 % depuis un an.

Outre des compressions minimes évaluées à deux millions, c’est une aide de 12,6 millions en provenance des gouvernements supérieurs qui permet d’atteindre l’équilibre budgétaire.

Le directeur général du Réseau de transport de la Capitale, Alain Mercier, a présenté le budget 2023.

Le directeur général du RTC, Alain Mercier, a présenté le budget 2023.

Photo : Radio-Canada

Malgré la levée des mesures sanitaires, l’achalandage du RTC est toujours en baisse de 20 % par rapport à 2019. Cette chute plombe les revenus tirés de la contribution des usagers et risque de déséquilibrer les budgets à venir.

Il faut retrouver cet équilibre-là dans le futur. On l’a perdu pendant la pandémie, concède Alain Mercier.

En raison de l’impact du télétravail, le RTC ne pense pas récupérer plus de 90 % de son achalandage prépandémique.

Historiquement, la contribution des usagers représente environ le tiers des revenus du RTC. Signe du défi à relever, cette proportion devrait se situer sous la barre des 30 % en 2023.

Le défi de l’électrification

Or, pour aider le Québec à atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), les sociétés de transport collectif de la province ont entamé un vaste chantier d’électrification.

Le Réseau de transport de la Capitale prévoit à cette fin des investissements de 609 millions sur 10 ans.

Selon Alain Mercier, le RTC aura besoin d’un appui additionnel des gouvernements supérieurs pour réussir ce virage.

Le succès des initiatives àVélo et Flexibus aurait confirmé la pertinence d'ajouter des options de déplacement variées.

Et c'est sans compter la demande d'amélioration du transport adapté afin de favoriser l'intégration sociale, scolaire et professionnelle des personnes handicapées.

Couper des services n’est pas une solution, prévient Alain Mercier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...