•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Logement : « Arrêtez de vous plaindre », dit Doug Ford aux critiques

Doug Ford en point de presse.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, affirme qu'il faut construire plus de logements rapidement, rejetant les critiques de son plan.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, rejette les critiques d'élus et d'experts qui l'accusent de financer son plan de construction de maisons sur le dos des villes et de mettre en péril la démocratie en accordant plus de pouvoirs aux maires de Toronto et Ottawa.

M. Ford veut construire 1,5 million de nouvelles maisons en 10 ans pour faire face à la pénurie de logements dans la province.

Pour ce faire, il demande entre autres aux municipalités de sabrer les frais imposés aux promoteurs immobiliers.

Mercredi, il a accusé la mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, notamment, d'engranger des millions de dollars dans des fonds de réserve, alors que le besoin en nouveaux logements est criant.

« Embarquez et arrêtez de vous plaindre! »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

M. Ford a affirmé que les villes pouvaient couper dans le « gras » pour réduire leurs droits de construction.

Le ministre des Affaires municipales, Steve Clark, a indiqué qu'il commanderait des vérifications comptables indépendantes des finances des municipalités.

Les Villes rétorquent qu'elles se servent des droits imposés aux promoteurs pour payer les infrastructures, telles que l'aqueduc et les égouts, et qu'elles ont des fonds de réserve, parce que les projets du genre peuvent s'étaler sur plusieurs années.

Mme Crombie et d'autres maires ont prévenu qu'ils pourraient devoir augmenter l'impôt foncier si le gouvernement les force à sabrer les droits immobiliers sans fournir une aide provinciale.

Nouveaux pouvoirs pour les maires

Le premier ministre Ford a aussi défendu mercredi son projet de loi visant à accorder plus de pouvoirs aux maires de Toronto et d'Ottawa.

Grâce à ces nouveaux pouvoirs, les deux élus pourraient faire adopter des règlements municipaux avec seulement l'appui d'une minorité de conseillers dans les domaines du logement, du transport en commun et des infrastructures.

Nombre de conseillers municipaux à Toronto et à Ottawa ainsi que des experts ont dénoncé le projet de loi 39, qui doit être adopté cette semaine.

Toutefois, pour M. Ford, il est anormal que le maire n'ait actuellement qu'une voix au conseil municipal, alors qu'il est « imputable » pour les politiques de sa ville.

« C'est comme diriger une grande entreprise et le PDG ne peut pas prendre de décisions. »

— Une citation de  Doug Ford, chef progressiste-conservateur

Il ajoute qu'un maire fort pourra s'attaquer aux délais actuels pour l'approbation de projets de construction, qui peuvent atteindre « quatre à cinq ans » à Toronto.

M. Ford rejette les critiques selon lesquelles son projet de loi est « antidémocratique ».

« Le maire Tory a obtenu plus de votes [aux dernières élections] que tous les conseillers municipaux réunis. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Le premier ministre accuse les conseillers municipaux qui le critiquent de chercher à « s'accrocher à leurs pouvoirs ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...