•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sociétés de transport demandent l’aide de Québec

EBA6ADD8-7A08-4C26-AE7E-9B0818535449

Le RTC a pu retrouver 80% de son achalandage pré pandémique, le manque à gagner est malgré tout considérable.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Louis-Philippe Arsenault

La hausse du prix de l’essence cause d'importants déficits aux sociétés de transports qui demandent une aide d’urgence à Québec. 

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) a pu retrouver 80% de son achalandage pré pandémique, mais le manque à gagner est malgré tout considérable, indique l’Association du transport urbain du Québec. 

C'est le prix de l'essence qui est la principale cause. À Sherbrooke, la hausse du carburant a fait gonfler la facture de 50 000 dollars par semaine. 

Dans un monde idéal, on aimerait que [le financement des sociétés de transports] proviennent un tiers des usagers, un tiers du gouvernement du Québec et un tiers des villes, mais on est loin de ça , indique le président de l’Association du transport urbain du Québec et président de la Société de transport de Sherbrooke, Marc Denault. 

Certaines villes déboursent 50 % de la facture de transport en commun ajoute M. Denault. C’est une pression immense, alors que certaines villes se désengagent.

La ministre Guilbault interpelée

C’est pourquoi le président de l’Association du transport urbain du Québec demande des actions concrètes de la nouvelle ministre des Transports.On réclame une table de travail pour trouver le financement à court terme pour 2022-2023 et rendre le financement pérenne, a-t-il mentionné au micro de l'émission Première Heure.

Financement du transport en commun

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Première heure

Alex Boissonneault porte une chemise grise et sourit.

Le prédécesseur de Geneviève Guilbault, François Bonnardel, avait accepté, mais la rencontre n’a jamais eu lieu en raison des élections.

Le gouvernement a octroyé plus de 1,8 milliard de dollars, dans les cinquante derniers mois en fonds d’urgence aux sociétés de transports, mais des fonds dorment encore dans les coffres , affirme Marc Denault. Ces sommes ne peuvent toutefois pas être utilisées car les difficultés financières ne sont pas en lien direct avec la pandémie. Un changement de critère est donc réclamé. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...