•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De grandes chauves-souris brunes entrent dans des maisons au Nouveau-Brunswick

La chauve-souris, gueule ouverte, montre ses dents.

Kaushalya Rathnayake et son épouse Ilesha Ileperuma Arachchi ont aidé cette grande chauve-souris brune à sortir de leur logement.

Photo : Gracieuseté/Kaushalya Rathnayake

Radio-Canada

Un couple au Nouveau-Brunswick a trouvé un visiteur inattendu dans sa maison en fin de semaine, une grande chauve-souris brune qui se trouvait dans un évier.

Kaushalya Rathnayake et son épouse Ilesha Ileperuma Arachchi, des étudiants au doctorat en biologie à l’Université du Nouveau-Brunswick, n’ont pas été effrayés. Au contraire, ils ont aidé l’animal à sortir.

Nous avons vu qu’il était en détresse, explique Kaushalya Rathnayake. Et plus tard il se portait mieux et a commencé à bouger. Alors nous avons compris qu’il allait survivre.

Kaushalya Rathnayake souligne que la grande chauve-souris brune ne mord pas à moins d’être provoquée. Lorsqu’il l’a pris par la nuque comme une chatte le fait avec ses petits, l’animal a tenté de le mordre à un doigt, mais sans succès parce qu’il portait des gants.

Il l’a déposé dans une boîte qu’il a placée devant une fenêtre ouverte. Peu après, l’animal est parti à tire-d'aile.

Une espèce de chauve-souris qui se porte mieux que d’autres

Trouver de grandes chauves-souris brunes dans une maison n’est pas si inhabituel qu’on peut le croire.

L’espèce est présente partout en Amérique du Nord. Elle était rare au Nouveau-Brunswick des années 1950 jusqu’aux années 1980-1990 quand sa population a commencé à augmenter dans la province, peut-être à cause du changement climatique, explique Donald McAlpine, conservateur du Musée du Nouveau-Brunswick en matière de zoologie.

Donald McAlpine interviewé dans son bureau.

Donald McAlpine, conservateur du Musée du Nouveau-Brunswick en matière de zoologie, explique que la présence de grandes chauves-souris brunes dans des maisons est signalée plus d'une dizaine de fois par hiver dans la province.

Photo : Radio-Canada / Brian Chisholm

Il est possible aussi que cette espèce ait moins de concurrence pour hiverner ou hiberner dans la province parce que d’autres ont presque disparu. M. McAlpine souligne que le Nouveau-Brunswick a perdu environ 99 % des chauves-souris qui passaient l’hiver dans la province.

La grande chauve-souris brune a moins souffert du syndrome du museau blanc que d'autres populations de chauves-souris que cette maladie a décimées, précise-t-il.

Il y a à peine deux ans qu’on remarque de grandes chauves-souris brunes qui passent l'hiver dans des cavernes ou d’anciennes mines dans la province, explique M. McAlpine. Auparavant, on les trouvait toutes dans des maisons chauffées. Elles avaient tendance à s'installer dans des greniers ou sous des corniches où il y avait de la chaleur.

Elles peuvent aussi déménager durant l’hiver parce qu’elles tolèrent un peu mieux que les autres espèces des températures plus froides, indique M. McAlpine.

Plus de signalements en hiver

Donald McAlpine affirme qu’avant l’an 2000, les signalements de grandes chauves-souris brunes qui passent l'hiver dans les maisons étaient inhabituels, mais de nos jours il y en a plus d’une dizaine chaque hiver.

Dans la plupart des cas, selon lui, les gens ne se rendent pas compte que cet animal passe l’hiver dans leur maison à moins qu’il entre dans une pièce qu'ils fréquentent. Cela peut se produire lorsque les réserves de gras de la chauve-souris sont faibles ou si l’endroit où elle se trouvait n’était pas idéal.

Les gens qui en trouvent dans leur maison peuvent tenter de les déplacer à l’extérieur durant le jour quand il fait moins froid, ajoute M. McAlpine, mais puisqu’elles peuvent être porteuses de la rage il vaut mieux communiquer avec le ministère des Ressources naturelles si elles touchent un humain ou un animal de compagnie.

D’après un reportage de Hannah Rudderham, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...