•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sac plutôt que le bac brun pour des citoyens du Centre-du-Québec?

Une personne jette des restants d'aliments au compost.

La collecte des matières organiques sur la Rive-Sud pourrait se faire de façon différente qu'en Mauricie (archives).

Photo : Getty Images / svetikd

Louis-Simon Gauthier

Les résidents de Bécancour, de Nicolet et d'une vingtaine de municipalités avoisinantes pourraient disposer de leurs résidus alimentaires à l’aide de sacs conçus à cet effet mais qui se retrouveraient dans des bacs noirs à ordures plutôt que dans des bacs bruns.

La Régie intermunicipale de gestion intégrée des déchets Bécancour-Nicolet-Yamaska étudie cette possibilité. Le directeur général de la Régie, Mario Lacroix, a confirmé mercredi que le plan de match avait changé au cours des dernières semaines.

Jusqu’à tout récemment, il croyait que la collecte des matières organiques se ferait grâce à l’arrivée du bac brun, comme ce sera le cas pour les citoyens de la Mauricie à compter de l’an prochain.

La Ville de Québec utilise déjà cette méthode. La société d’économie mixte avec laquelle nous devions travailler pour le bac brun se sépare. Au même moment, on suivait de façon très intéressée ce qui se passait à Québec avec les sacs de matières organiques, a expliqué M. Lacroix.

Réduire les émissions de GES

Le groupe d’administrateurs des 22 municipalités de la Rive-Sud se dit préoccupé par les problèmes environnementaux, a affirmé Mario Lacroix.

« On veut diminuer notre empreinte et mettre moins de camions sur les routes, alors l’option du sac dans le bac noir est intéressante. Les gaz à effet de serre, on ne peut plus faire semblant que ça n’existe pas. »

— Une citation de  Mario Lacroix, directeur général de la Régie intermunicipale de gestion intégrée des déchets Bécancour-Nicolet-Yamaska

La Régie se donne encore quelques semaines avant de dévoiler sa solution pour collecter les matières organiques. Nous sommes encore dans une période d’évaluation, a précisé Mario Lacroix.

Selon lui, une légère économie financière résulterait de l’option du sac au lieu du bac brun. Par contre, il y a potentiellement une installation à bâtir ou un sous-traitant à trouver pour nous servir. On veut éviter les retards.

D'après l'entrevue réalisée à l'émission Toujours le matin

Le directeur général de la Régie explique les raisons qui justifieraient cette possibilité

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Toujours le matin

Toujours le matin, ICI Première

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...