•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chaleureuses retrouvailles pour des familles ukrainiennes à Terre-Neuve

Six personnes s'embrassent dans une salle d'aéroport.

L’Ukrainienne Ira Fediv, à droite, et sa famille ont vécu de chaleureuses retrouvailles à leur arrivée à Terre-Neuve-et-Labrador, le 6 décembre 2022, avec leurs amis Eric et Margie Fowler, un couple de L'Anse-au-Loup.

Photo : Radio-Canada / Danny Arsenault

Radio-Canada

Un autre groupe d’Ukrainiens a été chaleureusement accueilli à son arrivée à l’aéroport de Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, mardi soir, par des proches ou des amis qui l'attendaient.

L’Ukrainien Serhii Kuper habite dans la province depuis le mois de juin. Il faisait partie du deuxième groupe d’Ukrainiens qui, fuyant la guerre dans leur pays, est arrivé à bord d’un vol nolisé par le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador.

Serhii Kuper était de retour à l’aéroport mardi soir pour accueillir sa tante et sa grand-mère. Je suis très excité parce que je les attendais durant tout ce temps, a-t-il souligné.

Un jeune homme souriant.

Serhii Kuper, un Ukrainien qui est arrivé à Terre-Neuve-et-Labrador en juin 2022, aide d'autres Ukrainiens à s'établir dans la province.

Photo : Radio-Canada / Darrell Roberts

Les deux femmes sont arrivées à bord du quatrième vol nolisé par le gouvernement provincial, qui transportait en tout 187 Ukrainiens.

Terre-Neuve-et-Labrador a accueilli jusqu’à présent 1500 Ukrainiens, dont environ 700 qui sont arrivés à bord de ces vols nolisés, selon le ministère de l’Immigration.

Serhii Kuper explique que sa famille lui manquait et qu’il s’inquiétait particulièrement pour sa grand-mère. C’était une période très stressante, dit-il. Il les a convaincues de le rejoindre dans cette province où il se sent chez lui.

« Peu importe le temps froid, l’important, c’est la chaleur dans le coeur des gens qui vivent ici. »

— Une citation de  Serhii Kuper

M. Kuper était aussi présent à l’aéroport dans le cadre de son emploi à l’Association pour les nouveaux Canadiens, un organisme qui aide notamment des Ukrainiens à s’établir dans la province. Mardi soir, il a conduit certains nouveaux arrivants à leur hébergement temporaire.

Le gouvernement indique que les Ukrainiens occupent des logements temporaires, par exemple à l’hôtel, en attendant d’en trouver un permanent.

Pour vivre en paix et en sécurité

L’Ukrainienne Anastasiia Revina était aussi présente. Elle a embrassé sa mère et sa grand-mère à leur arrivée. C’était la première fois qu’elle les voyait depuis neuf mois. C’était très difficile, a-t-elle dit.

Ira Fediv, qui est arrivée en compagnie de son mari et de leurs deux enfants, aspire à vivre en paix. Nous avons décidé de venir dans ce pays où nous pouvons être ensemble et en sécurité, a-t-elle déclaré.

Mme Fediv travaillait comme interprète en Ukraine, où elle avait fait la connaissance d’un couple de L'Anse-au-Loup, à Terre-Neuve-et-Labrador, Eric et Margie Fowler. Toutes ces personnes se sont réunies mardi soir.

Nous sommes heureux qu’ils soient sains et saufs, a affirmé Eric, la voix nouée par l’émotion.

Une nouvelle aventure

Deux familles ont pris la route de Happy Valley-Goose Bay pour rejoindre des proches qui sont déjà établis dans cette ville. Le député de Lake Melville, Perry Trimper, a indiqué qu’il allait y avoir de grandes réunions mercredi.

Une autre Ukrainienne arrivée mardi soir, Sofiia Galasym, 34 ans, a dit être heureuse, mais fatiguée après un voyage qui aura duré trois jours.

C’est comme une aventure. Les gens qui arrivent à un nouvel endroit ont probablement tous une impression d’aventure dans leur coeur, a affirmé Mme Galasym.

Une jeune femme souriante.

L’Ukrainienne Sofiia Galasym, qui est arrivée à Terre-Neuve-et-Labrador le 6 décembre 2022, est heureuse de vivre une nouvelle aventure, mais elle n’oublie pas ses proches qui sont toujours en Ukraine.

Photo : Radio-Canada / Darrell Roberts

Sofiia Galasym a ajouté que sa famille lui manquera et qu’elle pense toujours à ceux et celles qui demeurent en Ukraine. C’est effrayant et il est difficile de partir.

D’après un reportage de Darrell Roberts, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...