•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une majorité d’élus à Toronto s’opposent aux nouveaux pouvoirs du maire

L'hôtel de ville de Toronto vu du Nathan Phillips Square.

15 conseillers municipaux ont écrit à la province pour s'opposer aux nouveaux pouvoirs accordés au maire John Tory.

Photo : Radio-Canada / Yan Theoret

Radio-Canada

15 des 25 conseillers municipaux à Toronto ont écrit au gouvernement Ford pour dénoncer les nouveaux pouvoirs que la province s'apprête à accorder au maire John Tory.

Ces élus demandent au gouvernement d'abandonner son projet de loi 39, qui devrait être adopté cette semaine.

En septembre, la province avait accordé un droit de veto aux maires de Toronto et d'Ottawa dans le but, disait le gouvernement, d'accélérer la construction domiciliaire afin de faire face à la pénurie de logements.

Selon le projet de loi 39, le maire John Tory à Toronto bénéficierait de pouvoirs supplémentaires. Il pourrait faire adopter des règlements municipaux avec l'appui de seulement 8 des 25 conseillers, s'il s'agit d'un projet touchant trois priorités provinciales (logement, transport en commun et infrastructures).

En Ontario, il n'y a pas de partis en politique municipale. Le maire n'a qu'une voix et doit donc obtenir l'appui d'une majorité de conseillers normalement pour qu'une motion soit adoptée.

Les 15 conseillers torontois signataires de la lettre à la province se plaignent du fait qu'il n'y a pas eu de consultations publiques sur les pouvoirs accrus du maire Tory.

« Nous sommes préoccupés par le fait que nous n'avons pas été consultés au sujet de ce changement à la gouvernance de notre ville. »

— Une citation de  Lettre de conseillers municipaux à la province

Selon ces conseillers (Amber Morley, Gord Perks, Anthony Perruzza, Mike Colle, Alejandra Bravo, Ausma Malik, Dianne Saxe, Josh Matlow, Chris Moise, Paula Fletcher, Jaye Robinson, Shelley Carroll, Lily Cheng, Michael Thompson et Jamaal Myers), tout changement à la gouvernance municipale est du ressort du conseil et des résidents.

Ils craignent que les nouveaux pouvoirs du maire aient un impact en matière d'imputabilité.

« La majorité des conseillers municipaux de Toronto se portent à la défense de ces éléments de base de la démocratie. »

— Une citation de  John Matlow, conseiller municipal (tweet)

Le maire en faveur des nouveaux pouvoirs

Le maire John Tory n'a pas signé la lettre ouverte. Au contraire, c'est lui qui avait demandé des pouvoirs accrus au gouvernement Ford.

Il affirme qu'il « respecte » le fait que des conseillers expriment ainsi leur désaccord publiquement.

Le maire assure que son approche en matière de gouvernance « ne changera pas » malgré ses nouveaux pouvoirs.

« Nous devons travailler ensemble en tant que conseil municipal pour bâtir plus de logements et de transport en commun, en plus de s'attaquer aux défis financiers de la ville. »

— Une citation de  John Tory, maire de Toronto (déclaration)

Le conseil municipal doit discuter la semaine prochaine d'un rapport sur les changements proposés à la gouvernance.

De son côté, le ministre des Affaires municipales Steve Clark a défendu son projet de loi, affirmant qu'il était essentiel de donner aux municipalités les « outils » dont elles ont besoin pour répondre aux priorités provinciales.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...