•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une lueur d’espoir pour le dossier du conflit de travail du Maxi de Lac-Mégantic? 

Un groupe d'employés faisant du piquetage.

La soixantaine d'employés du Maxi de Lac-Mégantic sont en grève depuis la fin du mois de juillet. (archives)

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussière

Le conflit de travail qui perdure depuis la fin de juillet au Maxi de Lac-Mégantic pourrait arriver à un dénouement dans les prochains jours. Le syndicat qui représente la soixantaine d’employés de l'épicerie est parvenu à une entente de principe avec l'employeur. Si les membres du syndicat acceptent cette entente lors d’une assemblée générale prévue mercredi, le magasin pourrait rapidement rouvrir ses portes.

L’entente a été conclue lundi soir, dans le cadre de la deuxième rencontre entre l’employeur et une conciliatrice, indique le coordonnateur régional pour la Centrale des syndicats démocratiques, Bernard Cournoyer. 

On s’est parlé, on s’est rapproché, et finalement, on en est venu à une entente qui va être présentée à nos membres, souligne-t-il. 

Il mentionne que des avancées ont été proposées par l’employeur, sans vouloir donner plus de détails avant l’assemblée devant les membres. 

« Si c’est accepté [mercredi soir], ça met fin automatiquement à la grève. Il y a un protocole de retour au travail qui a été négocié. [...] D’ici la semaine prochaine, le magasin devrait repartir, selon l’employeur. »

— Une citation de  Bernard Cournoyer, coordonnateur régional pour la Centrale des syndicats démocratiques

Il rappelle que le conflit était directement relié au salaire. Il y avait une prime au niveau de régimes de retraite que l’employeur retirait. Ça représentait 0,80 $. Il y avait aussi le salaire au top de l’échelle, qu’ils disent. Le salaire en bas de l’échelle était trop bas, aussi. 

La fermeture du Maxi, un commerce d'alimentation abordable, a touché la population méganticoise dans les dernières semaines

J’étais à Lac-Mégantic encore aujourd’hui, et juste de savoir qu’au moins, il y a une entente de principe, ce qui veut dire que les deux parties se sont parlé et que peut-être ça va se régler, je vais qualifier ça d’euphorie dans la ville, constate Bernard Cournoyer. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...