•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le canton de Langley songe à avoir son propre détachement de la GRC

Un policier marche devant une voiture avec un impact de balle.

Le détachement de la GRC de Langley couvre à la fois le territoire de la ville de Langley et du canton de Langley.

Photo :  (Ben Nelms/CBC)

Radio-Canada

Le canton de Langley partage actuellement les coûts de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avec la ville de Langley, mais le canton envisagerait toutefois de se détacher de cette affiliation et d'obtenir son propre détachement de la GRC.

Lundi, une motion présentée par la conseillère Barb Martens, et adoptée par le conseil municipal du canton de Langley, demande aux employés d’explorer la possibilité de créer un détachement de la GRC pour le séparer de celui de la ville de Langley puisqu’un détachement uniquement responsable du canton veillerait à ce que les problèmes du canton soient la priorité.

Le détachement de la GRC de Langley n’a pas commenté pour le moment. Pour l'instant, la majeure partie du financement de la police provient du canton. Selon le dernier recensement, la population du canton est d’ailleurs de 132 603 personnes, comparativement à la ville qui compte 28 963 personnes.

Selon les rapports financiers les plus récents, la Ville débourse approximativement 13 millions de dollars pour le budget de la GRC, tandis que le canton le finance à environ 30 millions de dollars.

Si la ville a une superficie près de 30 fois inférieure au canton, elle demeure plus urbanisée et génère davantage d'appels à la police qui concernent des commerces, la consommation de drogue ou des personnes sans-abri.

Ce sont ces différences qui ont encouragé des conseillers municipaux de chacune des communautés à affirmer être perdants dans ce partage du détachement de la GRC.

Le maire de la Ville de Langley, Nathan Pachal, souligne toutefois qu’en règle générale le fait de partager les coûts de la police entre la ville et le canton est avantageux pour les deux communautés. Nous avons apprécié le partenariat qui a offert aux deux communautés un service de police efficace pendant les dernières années, indique-t-il dans une déclaration.

Il clarifie aussi que, pour le moment, il s’agit uniquement pour le canton de préparer un rapport sur les coûts qu’engendrerait un service de police séparé de celui de la ville de Langley. Il n’est pas question encore de voter sur cette séparation.

Je pense que c’est sain d’étudier différents modèles de service, explique-t-il en ajoutant que si le canton décide d’aller de l’avant et d’avoir son propre détachement, le canton aurait les ressources financières nécessaires et la capacité de le faire.

Avec les informations de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...