•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le punk de Natashquan dans un documentaire à venir

La disparition du « punk » de Natashquan avait fait les manchettes en 1986.

La disparition du punk de Natashquan avait fait les manchettes en 1986.

Photo : Gracieuseté de Nicolas Lachapelle

La Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) a accordé une aide financière qui permettra de réaliser le documentaire Le punk de Natashquan, de Nicolas Lachapelle.

Le court métrage raconte le passage d’un punk à Natashquan dans les années 80 et qui disparaît sans laisser de trace. Originaire du Lac-Saint-Jean, le punk est arrivé en 1981 dans le petit village de la Minganie. En 1986, il disparaît alors qu’il tentait de se rendre en Basse-Côte-Nord à bord de sa motoneige.

« Je pense que ce qui rend l’histoire aussi intéressante, c’est le fait que ça soit encore un mystère. »

— Une citation de  Nicolas Lachapelle, scénariste et réalisateur

Il est débarqué dans les années 80 en disant qu’il était mécanicien d’avion. Évidemment, tout ça était un prétexte parce qu’il était sur place pour vendre de la drogue un peu partout en Basse-Côte-Nord, raconte Nicolas Lachapelle au micro de Bonjour la Côte.

Son charisme aurait alors marqué les villageois. Il était tellement attachant, serviable, drôle que finalement les gens l’ont laissé passer, ajoute le réalisateur après avoir discuté du mystérieux personnage avec les habitants de Natashquan.

Des maisons dans le village de Natashquan sur le bord de l'eau.

En 1981, un jeune punk est arrivé à Natashquan. Cinq ans plus tard, la relation qu'il entretenait avec la communauté s'est brusquement terminée (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Nicolas Lachapelle s’est rendu à quelques reprises à Natashquan pour retracer l’histoire du punk et comprendre son importance pour les personnes qui ont croisé son chemin il y a près de 40 ans.

Je ne cherche pas la vérité dans ce documentaire-là, mais plutôt le mythe construit collectivement par les embellissements de tout le monde, conclut-il.

Nicolas Lachapelle et son équipe retourneront en Minganie en mars pour commencer le tournage du documentaire, qui devrait se terminer à la fin de l'été 2023.

La SODEQ a annoncé le 29 novembre dernier qu’elle soutient 17 projets de fiction ou de documentaire avec son Programme d’aide à la création émergente.

En collaboration avec Xavier Bourassa

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...