•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bushkids met la nature en avant-plan des apprentissages, à Yellowknife

Groupe d'enfants habillés avec vêtements d'hiver assis autour d'un feu dehors avec tente et arbres recouverts de neige, le 30 novembre 2022, à Yellowknife.

Les élèves de 5e année de l'École Allain-St-Cyr discutent avec les éducateurs du programme Bushkids lors de leur participation.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Les élèves de 5e année de l'École Allain-St-Cyr, de Yellowknife, participent au programme Bushkids, qui mise sur le savoir et les méthodes traditionnelles autochtones pour encourager les élèves et les enseignants à développer une connexion avec la terre.

Développé par Chloe Dragon Smith, une Autochtone originaire de Yellowknife, et Wendy Lahey, Bushkids adopte une philosophie d’apprentissage basée sur la terre, telle que celle pratiquée par les peuples autochtones depuis des millénaires.

« Une façon importante de démontrer du respect pour l’endroit où on vit est de mettre à l’avant-plan les gens, les langues, les cultures et le savoir de cet endroit. C’est une très belle façon d’aborder l'apprentissage et le programme. »

— Une citation de  Wendy Lahey, cofondatrice de Bushkids
Chloe Dragon Smith porte une tuque sur laquelle il est écrit Bushkids.

La cofondatrice de Bushkids, Wendy Lahey, a créé le programme avec Chloe Dragon Smith pour remettre à l'avant-plan le savoir et les méthodes traditionnelles autochtones dans le système éducatif des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

À Bushkids, les élèves sont maîtres de leurs apprentissages

Une journée par semaine, pendant six semaines, les élèves de 5e année de l’École Allain-St-Cyr se déplacent en forêt, à quelques minutes de marche de l’école, pour prendre part au programme.

Le site est composé de deux tentes chauffées, d’un foyer extérieur et de bancs. La journée débute par un cercle de partage, puis par une offrande de tabac. Les éducatrices montrent aux élèves quelques mots en Wıìlıìdeh, une langue dénée parlée par la Première Nation des dénés Couteaux-Jaunes.

Des enfants sont devant une tente en hiver et des arbres sont recouverts de neige, le 30 novembre 2022, à Yellowknife.

Le site de Bushkids, situé en forêt à Yellowknife, est composé de deux tentes chauffées, d'un foyer extérieur et de bancs.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Sur place, les enfants dirigent leurs apprentissages, selon la météo, ce que la terre a à offrir et leurs intérêts.

Jacob Pelichowski, 10 ans, a choisi d’apprêter un canard, guidé par les éducatrices de Bushkids. À Bushkids, on peut faire du sirop avec la neige, nettoyer un canard et le cuire, ou couper du bois, faire des biscuits , raconte-t-il.

Enfant avec tuque, foulard et manteau d'hiver avec tire d'érable sur un bâton, le 30 novembre 2022, à Yellowknife.

Jacob Pelichowski, un élève de 5e année de l'école Allain St-Cyr, participe au programme Bushkids.

Photo : Radio-Canada

D’autres sont regroupés autour du foyer extérieur et s’affairent à faire chauffer du sirop d’érable pour en faire de la tire.

Du sirop d'érable mijote dans un chaudron posé sur un feu dehors, le 30 novembre 2022, à Yellowknife.

Les élèves de 5e année de l'école Allain St-Cyr de Yellowknife font de la tire d'érable lors de leur participation au programme Bushkids le 30 novembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

L’éducatrice autochtone Michelle Krutko, originaire de Tulita, dans la région du Sahtu, leur montre comment faire de la bannique.

Celle qui a grandi en développant un lien fort avec la terre se passionne pour cette forme d’enseignement. Les élèves dirigent leurs apprentissages et c’est ce qui est important avec Bushkids, leur donner un espace pour qu’ils puissent découvrir qui ils sont et comprendre ce qu’ils aiment faire.

Michelle Krutko porte un foulard et un manteau d'hiver sur lequel est écrit ski-doo, devant des arbres recouverts de neige.

Pour l'éducatrice autochtone Michelle Krutko, originaire de Tulita, dans la région du Sahtu, l'environnement de Bushkids lui rappelle sa jeunesse, alors qu'elle allait en forêt avec sa famille.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Leur enseignante, Jessica Fortin, s’émerveille de voir leur motivation et leur intérêt pour cette forme d’apprentissage. C’est vraiment bénéfique pour les élèves. Ils ne réalisent pas qu’ils apprennent en ayant beaucoup de plaisir. On voit que les élèves plus passifs en classe ne le sont pas en nature.

« On pourrait repenser un peu à notre manière d’enseigner aux enfants et changer notre manière de voir nos experts parce que les enfants, ce sont des experts. »

— Une citation de  Jessica Fortin, enseignante de 5e année, École Allain St-Cyr
Groupe d'enfants habillés avec vêtements d'hiver assis autour d'un feu dehors avec tente et arbres recouverts de neige, le 30 novembre 2022, à Yellowknife.

Les élèves de 5e année de l'école Allain St-Cyr discutent avec les éducateurs du programme Bushkids lors de leur participation le 30 novembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Remettre le savoir traditionnel autochtone au centre des apprentissages

Wendy Lahey, qui a enseigné pendant plusieurs années, croit que d’autres approches plus holistiques devraient être davantage présentes dans les salles de classe des Territoires du Nord-Ouest.

Nous espérons que ce programme peut être un bon exemple pour montrer à quel point l’apprentissage peut être significatif quand il y a un meilleur équilibre entre notre approche et l’approche occidentale, explique-t-elle.

Trois enfants sont assis dehors, ils portent une tuque et un manteau d'hiver, devant des arbres recouverts de neige.

Les élèves de 5e année de l'école Allain St-Cyr pratiquent quelques mots en langue Wılı̀ı̀deh, la langue parlée par la Première Nation des dénés Couteaux-Jaunes, lors de leur participation au programme Bushkids.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Le programme vise également à offrir du mentorat aux enseignants afin qu’ils commencent à aller dehors plus souvent, et intégrer dans leur approche la communauté, les détenteurs du savoir traditionnel autochtone et les aînés , dit Wendy Lahey.

Jessica Fortin a trouvé l’expérience un peu déstabilisante au tout début. On ne sait pas trop où est notre place dans les apprentissages des élèves à l’extérieur , dit-elle. Mais on voit rapidement qu’on peut juste relancer les élèves avec des questions ouvertes, pour les motiver à persévérer.

Gros plan de Jessica Fortin.

L'enseignante de 5e année de l'école Allain St-Cyr, Jessica Fortin, guide les élèves en leur posant des questions ouvertes pour les motiver dans leur apprentissage.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Elle se dit déjà transformée par son passage à Bushkids et prévoit déjà des journées d’apprentissage à l’extérieur autour de l’école.

Pour moi, c'est une immersion totale, ça change tout à fait les paradigmes que j'ai de l'enseignement , raconte-t-elle. C'est sûr que je suis déjà changée comme enseignante.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...