•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Val-d’Or bannit les bouteilles d’eau en plastique

Des bouteilles d'eau en plastique sont disposées les unes à côté des autres.

L'interdiction des bouteilles d'eau en plastique concernera les endroits et événements où une autre source d’eau potable est accessible, comme lors des spectacles, des activités sportives ou encore des différentes réunions. (Archives)

Photo : iStock

La Ville de Val-d’Or interdira la vente ou l’utilisation des bouteilles d’eau en plastique à usage unique dans les bâtiments municipaux et lors de ses activités.

Le conseil municipal entérine ainsi une proposition découlant de son nouveau comité consultatif en environnement.

Cette directive touche les endroits et événements où une autre source d’eau potable est accessible, comme lors des spectacles, des activités sportives ou encore des différentes réunions.

On veut avant tout réduire les déchets à la source, souligne Benjamin Turcotte, conseiller municipal responsable des dossiers d’environnement.

« Aussi, on veut que la Ville soit un citoyen corporatif modèle. Si on veut demander des gestes au citoyens, il faut le faire nous aussi. On a la chance d’avoir une eau de grande qualité, pas mal la même que dans les bouteilles Eska, par exemple. Ça vaut la peine de la mettre de l’avant. »

— Une citation de  Benjamin Turcotte, conseiller municipal à la Ville de Val-d'Or
Benjamin Turcotte, debout derrière un micro, s'adresse aux gens dans la salle du conseil municipal.

Benjamin Turcotte, représentant du district 1 (Lac Blouin/Centre-ville) et responsable des dossiers d'environnement au conseil municipal de Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

En plus d'adopter cette directive, Val-d’Or compte investir pour favoriser l’accès à des abreuvoirs ou à des stations de remplissage dans ses édifices. Des discussions sont aussi en cours avec l’organisation des Foreurs, qui gère les restaurants du Centre Agnico Eagle, afin que la directive y soit appliquée.

Les Foreurs sont intéressés, mais nous n’avons juste pas encore attaché tous les termes et ils ont aussi des contrats à respecter, indique Benjamin Turcotte. Mais c’est dans l’air et on veut vraiment que ça s’applique dans tous nos édifices. On voit aussi ça comme un premier pas et un signal que l’environnement est une préoccupation de tous les membres du conseil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...