•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dur début de saison pour les motoneigistes

Un tronc bloque le passage d'un chemin dans le bois. Une épaisseur de neige couvre le sol et le tronc.

Le sentier TQ3, près de Baie-Comeau, est parsemé de troncs tombés qui bloquent le passage aux motoneigistes. La couverture de neige qui s'étendait sur les sentiers de la région il y a quelques semaines a depuis fondu en raison de la pluie diluvienne des derniers jours.

Photo : Patrick Arbour

Les motoneigistes doivent s’armer de patience en ce début de saison et devront attendre au moins jusqu’à la prochaine tombée de neige pour pouvoir s'aventurer sur les sentiers.

Étant donné la quantité de pluie tombée dans les derniers jours, la neige est nettement insuffisante dans notre secteur, indique le vice-président de l’Association des motoneigistes Manicouagan, Patrick Arbour.

Selon Environnement Canada, près de 40 mm de pluie se sont déversés sur la région de la Côte-Nord depuis le début du mois de décembre.

Quand on emprunte les sentiers avec nos machines, il y a quatre à cinq pouces d’eau qui monte à la surface, déplore Michel Thibault, président de l'Association des clubs de motoneigistes de la Côte-Nord et responsable du club de motoneige Ook-Pik, dans la région de Sept-Îles. C’est dans ces conditions que les motoneiges peuvent s’enliser. 

Plus à l’ouest, le représentant du club des Zigglous de Godbout, Denis Bacon, prie pour qu’une tempête amène une grande quantité de neige sur le territoire. On a besoin d’au moins 12 pouces!, dit-il.

M. Bacon avance également qu’en raison des récentes averses, les dégâts se sont multipliés dans les sentiers.

« On a beaucoup travaillé ces dernières semaines pour préparer le terrain, mais là, il va sûrement falloir tout recommencer. »

— Une citation de  Denis Bacon, représentant du club des Zigglous de Godbout

Patrick Arbour confirme l’état désastreux des lieux. Beaucoup, beaucoup d’arbres matures sont tombés à la suite des pluies diluviennes des récents jours, affirme-t-il.

M. Thibeault, du club Ook-Pik, avance pour sa part que l’accès à certains tronçons des sentiers à l’est de Sept-Îles est réduit en raison de bris sur des ponceaux.

L'hiver arrive, le nombre de membres fond

Pour remettre les sentiers en bon état, les clubs de motoneigistes font appel à la bienveillance de leurs bénévoles. Par contre, en raison de la hausse du prix du carburant, le nombre de membres inscrits aux clubs risque de subir un coup.

On en a parlé entre nous autres, on s’attend peut-être à une baisse de 10 à 15 % étant donné l’inflation, indique M. Arbour. Mais c’est dur d’en être certain à l’heure actuelle, dit-il. L'an dernier, l'Association des motoneigistes Manicouagan comptait 1000 membres.

Confronté à un début de saison difficile, Michel Thibeault s’inquiète pour ses troupes de motoneigistes bénévoles. On commence à avoir de la misère en termes de main-d'œuvre. Il faut trouver une autre manière de procéder à l’entretien des sentiers, parce qu’on épuise nos bénévoles.

À Fermont, le président du Club de motoneige Les lagopèdes, Carl Fortin, indique que le nombre de membres diminue chaque saison.

C'est environ pareil depuis trois ans. Il y a une diminution d'une dizaine de membres chaque année. Mais il y a de moins en moins de résidents à Fermont. Donc, je pense que la seule raison, ça serait ça, indique M. Fortin.

Dans un tel contexte, le président de l'Association des clubs de motoneigistes de la Côte-Nord entrevoit d’un œil pessimiste les années à venir. On s’en va dans un secteur bien difficile, lâche M. Thibeault. On commence à perdre notre passion, s'inquiète-t-il.

Avec les informations de Charles-Étienne Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...