•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mine Diavik condamnée à une amende de 150 000 $ à la suite d’un accident du travail

Un énorme trou dans la neige vu d'en haut est en fait la mine à ciel ouvert Diavik

La mine de diamants Diavik est située à environ 300 km de Yellowknife.

Photo : Rio Tinto

Radio-Canada

La mine de diamants Diavik, située au nord de Yellowknife, a été condamnée à payer 150 000 $ d’amende à la suite d’un accident du travail qui a fait perdre la vue à un travailleur et pour lequel elle a plaidé coupable. La compagnie minière a accepté de payer l’amende lors d’une audience au palais de justice de Yellowknife lundi.

En novembre 2020, l’opérateur de pelle mécanique Steve Houle s’affairait à enlever des débris de roches à la suite du dynamitage de roches gelées, quand un gros morceau de roche est tombé sur sa pelle mécanique, écrasant la cabine et l'emprisonnant pendant plus de quatre heures.

Dans l’accident Steve Houle a subi de nombreuses blessures, résultant notamment dans la perte totale de vision et l’amputation d’un orteil. L’opérateur avait plusieurs années d’expérience comme opérateur de machinerie lourde et travaillait à la mine Diavik depuis trois ans au moment de l’accident, selon ce qui est ressorti de l’audience au palais de justice.

La compagnie Diavik faisait initialement face à neuf chefs d'accusation, notamment celui d’avoir omis de prendre toutes les mesures et précautions raisonnables pour protéger la santé et la sécurité des employés, et celui de ne pas avoir veillé à ce que tous les superviseurs soient correctement formés aux procédures de travail et de dynamitage en toute sécurité.

Huit accusations ont finalement été retirées, et la compagnie a plaidé coupable à une accusation de violation de la Loi sur la santé et la sécurité dans les mines.

L’avocat représentant la compagnie, Peter Roberts, a indiqué que l’accident est dû au fait qu'un superviseur en construction n’avait pas reçu les formations nécessaires, et, de ce fait, n’avait pas pu déterminer le danger que représentaient les gros morceaux de roches après un dynamitage.

Il a ajouté que la mine avait toujours eu de bonnes pratiques en matière de sécurité au travail et qu’elle avait coopéré à l’enquête de la Commission de la sécurité au travail et de l’indemnisation des travailleurs. De plus, la mine Diavik a modifié ses politiques en matière de formation à la suite de l’accident, afin que tout son personnel soit toujours à jour.

Un accident grave

L’accusation est assortie d’une amende pouvant aller jusqu’à 500 000 $, mais la mine paiera 150 000 $, qui iront à la Commission de la sécurité au travail et de l’indemnisation des travailleurs. Steve Houle recevra un montant supplémentaire de 22 500 $.

Tant Roger Shepard, le substitut du procureur représentant les Territoires du Nord-Ouest, que Peter Roberts sont d’avis que l’amende payée par Diavik est élevée pour ce type d’accusation et qu'elle est juste, considérant la gravité des blessures subies par la victime. La reconnaissance de culpabilité faisait partie d’une soumission conjointe, ce qui signifie que les deux avocats ont accepté l’accusation et l’amende.

Le juge qui présidait la séance a accepté la soumission, estimant qu’il s’agissait d’un accident grave qui a bouleversé la vie de Steve Houle et de sa famille, mais que la mine semblait avoir pris les mesures nécessaires pour éviter que cela ne se reproduise.

La cour a également appris que c’était la première fois que la mine effectuait ce genre de dynamitage et que le personnel n’avait donc pas l'habitude de cette procédure.

Cet accident du travail est l’un des plus graves à survenir à la mine Diavik. En 2001, deux employés sont morts lorsque le monte-charge dans lequel ils se trouvaient se fut renversé à 15 mètres du sol.

Avec les informations de Luke Carroll

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...