•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’impôt foncier des résidents de Magog devrait gonfler de 4 %

Des voitures circulent au centre-ville de Magog, en hiver.

Les Magogois devraient voir leur impôt foncier augmenter de 4 %.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada : André Vuillemin

Radio-Canada

Le budget de la Ville de Magog n'a pas encore été déposé, mais les citoyens doivent s'attendre à une augmentation de l'impôt foncier qui oscillera autour de 4 %.

La mairesse Nathalie Pelletier explique qu'elle s'est fait demander si la hausse allait ressembler à celle de Sherbrooke, qui devrait être de 3 %. Je me suis avancée en disant que cela allait être de 4 %, mais c'est la semaine prochaine que tout sera déposé en même temps lors d'une assemblée extraordinaire, confirme-t-elle, tout en ajoutant que cette hausse est béton.

Lors de sa campagne électorale, Nathalie Pelletier avait pourtant mentionné qu'elle souhaitait limiter l'impôt foncier à 2 % par année.

J'ai toujours dit que je visais le 2 %, explique-t-elle. Dans les 12 années où j'étais conseillère municipale, c'est arrivé [une fois] qu'on a dû monter au-dessus de 2 %. [...] Les fiscalistes nous disaient de [prévoir] 2 % par année, et qu'on n'aurait pas de faire de rattrapage à faire, de pelleter des projets par en avant.

Cependant, la hausse du coût de l'essence ou encore les augmentations salariales la forcent à faire des choix, tout en évitant la stagnation de la Municipalité. J'aurais pu tenir ce 2 %, mais je mets la Ville à risque, de faire en sorte qu'elle ne pourra pas dynamiser davantage.

« Est-ce qu'on pouvait s'attendre à cette crise? À cette inflation? Jamais. Ce qui fait en sorte que des coûts ont explosé, qu'on ne peut pas arriver à garder le 2 %. »

— Une citation de  Nathalie Pelletier, mairesse de Magog

Des propriétaires de maisons riveraines s'étaient déjà soulevés cette année contre l'augmentation importante de leur impôt foncier, en raison de la hausse de la valeur des terrains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...