•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interdiction de transplantations de matière fécale maintenue pour un naturopathe en C.-B.

Un homme, Jason Klop, sourit à la caméra.

Des études montrent qu'on pourrait réduire les symptômes de l'autisme chez les enfants qui en souffrent en modifiant leur microbiote intestinal, mais cette méthode reste controversée.

Photo : drjasonklop.com

Radio-Canada

La Cour suprême de la Colombie-Britannique maintient l'interdiction pour Jason Klop, un naturopathe de la vallée du Fraser, de fabriquer, de faire de la publicité et de vendre des pilules et des lavements confectionnés à partir de matières fécales humaines et destinés à des enfants autistes.

Le naturopathe britanno-colombien prétend pouvoir traiter les troubles du spectre de l'autisme chez les enfants en utilisant des greffes de microbiote fécal.

Une décision du Collège des naturopathes de la Colombie-Britannique datée du 20 août 2021 lui interdit cependant de produire et de commercialiser des transplantations de microbiote fécal pendant qu'il fait l'objet d'une enquête, à la suite de plusieurs plaintes concernant son entreprise.

La juge Jacqueline Hughes maintient ainsi une décision du Collège des naturopathes de la province.

Jason Klop s'est adressé au tribunal pour tenter de mettre fin à l’enquête et de lever l'interdiction. La juge a rejeté sa requête, déclarant que le Collège n'avait pas commis d'erreur en prenant des mesures provisoires contre lui, et qu'il serait prématuré d'interférer avec l’enquête en cours.

Jacqueline Hughes a affirmé que les preuves présentées au Collège étaient suffisantes pour suggérer que les activités de Jason Klop pouvaient présenter un risque réel de préjudice pour le public et qu'il avait peut-être fait preuve de conduite non professionnelle.

Un traitement qui comporte un risque d’infection grave

Les traitements à base de microbiote fécal consistent à prélever des bactéries et d'autres microbes dans les excréments d'une personne en bonne santé et à les transférer à un patient par voie anale ou orale, dans le but de restaurer un environnement normal à l'intérieur de l'intestin.

Bien qu'elle fasse actuellement l'objet de recherches pour un large éventail d'utilisations potentielles, la transplantation fécale n'est approuvée au Canada et aux États-Unis que pour le traitement des infections récurrentes à la bactérie Clostridium difficile qui n'ont pas répondu à d'autres méthodes thérapeutiques.

Selon des médecins et des scientifiques, toute autre utilisation de ce traitement émergent est expérimentale et comporte un risque d'infection grave.

Des craintes exprimées à plusieurs reprises

L'interdiction du Collège des naturopathes de la Colombie-Britannique découle d'une plainte déposée en avril 2021 par un ancien employé de l'entreprise de Jason Klop, qui a allégué que ce dernier fabriquait ses produits dans le sous-sol d’un appartement d’Abbotsford, en utilisant les excréments de ses neveux, sans aucun contrôle de qualité ni vérification appropriée.

De son côté, Jason Klop a fait valoir qu'il travaille à présent dans un laboratoire à Chilliwack, où ses normes de fabrication et de contrôle de qualité répondent à toutes les exigences de Santé Canada.

Le dossier semble dépourvu de preuves que les procédures d'exploitation ou le régime de tests du requérant sont conformes à Santé Canada ou à toute autre norme industrielle reconnue, estime toutefois la juge Jacqueline Hugues.

En 2020, des médecins et des scientifiques avaient déjà exprimé des craintes au sujet du naturopathe, qui facturait 15 000 $ US pour que des enfants autistes subissent des transplantations fécales dans une clinique près de Tijuana, au Mexique.

Santé Canada a aussi fait une enquête sur l'entreprise de Jason Klop. Par la suite, il a accepté de ne pas faire de publicité pour ses produits auprès des familles canadiennes.

Le naturopathe a affirmé au tribunal que l'organisme avait mis fin à toutes ses enquêtes le concernant, mais Jacqueline Hugues souligne qu'elle n'a vu aucune preuve dans le dossier à l'appui de cette affirmation.

D'après les informations de Bethany Lindsay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...