•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violence conjugale : le nombre d’enquêtes a bondi de 60 % depuis deux ans à Québec

Une femme debout dans une chambre plongée dans la pénombre est au téléphone et regarde par la fenêtre.

Pour les 11 premiers mois de l'année 2022, le SPVQ a reçu 2538 plaintes.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) va ajouter cinq nouvelles ressources à son service d'enquête.

Cela représente une dépense de plus de 720 000 $ de plus pour le budget 2023 du SPVQ. Ce service est financé à 100 % par la Ville de Québec.

Avant la pandémie, les policiers traitaient en moyenne 1600 dénonciations par année. Ce nombre a explosé au cours des deux dernières années. En 2021, le SPVQ a enquêté sur 2225 plaintes. Pour les 11 premiers mois de l'année 2022, le Service de police a reçu 2538 plaintes. On ne veut pas diminuer l'offre de service aux victimes, a dit le chef Denis Turcotte pour justifier l'embauche de nouvelles ressources.

Selon le chef Turcotte, ces statistiques s'expliquent entre autres par tous les efforts déployés par les services policiers pour démocratiser les dénonciations. Heureusement, les victimes ne restent plus dans le silence et elles dénoncent ce qu'elles vivent, affirme le chef qui se réjouit de constater que les victimes ont repris confiance en la justice.

Le SPVQ participe également à la création d'un centre de services intégrés pour les personnes victimes de violence sexuelle et de violence conjugale (SIVA). Le SIVA va en rajouter une couche, précise le chef Turcotte. Le centre devrait voir le jour dans la prochaine année. Il vise à réunir sous le même toit tous les services nécessaires pour éviter à la victime de devoir raconter son histoire plusieurs fois et devoir faire plusieurs démarches pour recevoir une aide adéquate.

Pas moins d'argent pour le GRIPP

Le budget présenté mardi matin lors de la séance du comité plénier à la Ville de Québec ne tient pas compte des améliorations apportées dans les dernières semaines à l'unité GRIPP. Le 25 novembre, le service de police a annoncé des changements pour son groupe de relations et d'intervention policière auprès de la population. L'unité a été scindée en deux.

L'unité GRIPP avait le mandat d'intervenir entre autres à la sortie des bars. Le service sera toujours offert en période estivale. Iris va prendre le relais les autres mois de l'année.

Le chef Turcotte annonce aussi que le budget sera modifié. L'unité GRIPP perd un million de dollars. Un montant qui sera réacheminé à la nouvelle unité, IRIS, pour Intervention, Renseignements, Investigation et Soutien. Le budget pour nous reste le même, c'est vraiment technique.

Centrale de police

Il n'y a pour l'instant pas de changement pour le projet de centrale de police. Le bâtiment devrait être prêt à la fin de l'année 2023. Les policiers intégreront la nouvelle centrale progressivement dans les mois suivants.

Le chef de police espère que tous les policiers y seront avant la fin de l'année et que la clé sera définitivement mise sous la porte de la centrale Victoria.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...