•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une policière de Durham rétrogradée pour avoir appuyé le convoi des camionneurs

L'agente Erin Howard avait appuyé en uniforme le prétendu « convoi de la liberté » dans une vidéo à la fin janvier 2022.

Une policière en uniforme dans une vidéo.

L'agente Erin Howard est rétrogradée pour une durée de trois mois au sein de son service de police.

Photo : Twitter/Erin Howard

L'agente du service de la police régionale de Durham, Erin Howard, a reçu mardi une sanction clémente de son employeur après avoir plaidé coupable d'une accusation de conduite déshonorante au sujet de ses opinions concernant les mesures contre la COVID-19. La poursuite a abandonné cinq autres accusations.

L'agente Erin Howard faisait face à 6 accusations pour avoir fait l'éloge des camionneurs qui roulaient vers Ottawa et pour avoir participé, trois mois plus tôt, à une manifestation contre les mesures sanitaires à Toronto.

Les deux accusations d'insubordination, les deux autres d'abus de confiance et une dernière de conduite déshonorante ont été abandonnées lors d'une séance à huis clos juste avant l'audience publique en ligne.

Logo du Service de police régional de Durham.

Le service de la police régionale de Durham reprochait notamment à l'agente Erin Howard de s'être filmée pendant ses heures de travail.

Photo : CBC

La policière Howard a donc plaidé coupable d'une seule accusation de conduite déshonorante, en vertu de la loi provinciale sur les services de police.

Elle était présente à son audience aux côtés de son avocat, Andrew McKay, au quartier général de la police régionale de Durham à Whitby.

Une conduite déshonorante

À en croire la position commune des deux parties, l'agente s'était filmée en uniforme dans son auto-patrouille et durant son quart de travail, en train d'afficher clairement son soutien aux manifestants le 24 janvier 2022.

La vidéo avait par la suite été diffusée sur Facebook. L'effet avait ensuite été viral sur le web.

À l'époque, les camionneurs étaient en route vers la capitale pour protester contre les mesures sanitaires au Canada. L'agente Howard les avait qualifiés de véritables héros, en manifestant sa solidarité à leur endroit.

Il semble que nous soyons à l'heure actuelle en guerre et que nos libertés soient menacées, ce que vous faites est incroyable, avait-elle dit.

Des gens brandissent le drapeau canadien et des pancartes en hiver.

Des dizaines d'Ontariens s'étaient déplacés sur un viaduc enjambant l'A-416 pour appuyer le convoi de camionneurs en route vers Ottawa au début de février 2022.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

L'agente Howard était par ailleurs accusée d'avoir formulé des commentaires disgracieux à l'égard de ses supérieurs et de ses collègues lors d'une manifestation contre les mesures sanitaires, en novembre 2021, en les accusant de s'être fait lessiver le cerveau par les autorités.

Notre service semble être tellement influencé par la politique et la peur des représailles économiques qu'il a complètement reculé et capitulé, avait-elle déclaré à un média qui couvrait la manifestation à l'époque.

Pour des raisons que j'ignore [mon service a] décidé de ne pas nous appuyer, ce qui est inadmissible; j'ai honte et mon nouvel insigne de policière s'en retrouve aujourd'hui entaché, avait-elle ajouté.

Après enquête, l'agente Howard avait été suspendue avec salaire et la Police régionale de Durham avait déclaré que les propos de son employée ne reflétaient pas les opinions du service.

Un homme avec un chandail et un drapeau du Canada pendant le convoi.

Des manifestants et des camionneurs avaient occupé le centre-ville d'Ottawa durant trois semaines en février 2022 pour protester contre les mesures sanitaires contre la COVID-19 au pays. (Archives)

Photo : Getty Images / Spencer Platt

Le code de conduite du service interdit entre autres l'utilisation de ses biens et propriétés, et limite l'influence de ses membres à leurs seules fonctions officielles de policier.

L'avocat de la poursuite, Alex Sinclair, a d'ailleurs déclaré mardi qu'il s'agissait d'une accusation grave, que la conduite de l'agente était bien en deçà du code de sa profession et qu'elle avait enfreint le code de conduite du service.

Ses publications sur les réseaux sociaux ont porté atteinte à l'intégrité et à la réputation de son service, en plus de jeter le discrédit sur son employeur, ce qui constitue une conduite déshonorante, explique Me Sinclair.

La poursuite a également rappelé l'intérêt public que toute cette affaire a suscité dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Des milliers de courriels avaient été envoyés au chef du service de police de Durham pour lui rappeler que la conduite de la policière n'était pas du tout professionnelle, sans compter de nombreux microbillets écrits à ce sujet sur Internet.

Trois plaintes de citoyens appelant à la démission de l'agente Howard avaient en outre été adressées au Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police.

Rétrogradation de trois mois

La poursuite et la défense ont présenté une position similaire au sujet de la sanction disciplinaire à imposer à l'agente Howard à la lumière de la jurisprudence.

Elles ont proposé une rétrogradation de grade pour une durée de trois mois à la lumière de la jurisprudence pour des cas semblables dans la profession.

La policière sera donc reclassée à un grade inférieur de son service, qu'elle pourra récupérer le 6 mars 2023. Une rétrogradation implique généralement une diminution de salaire.

Les parties ont tenu compte de plusieurs facteurs atténuants, comme son absence de dossier disciplinaire, sa reconnaissance de culpabilité et ses quatre années d'expérience.

Elle est relativement nouvelle dans son service, elle a collaboré avec son employeur dès le moment où elle a été mise en accusation et elle a admis sa faute, explique Me McKay.

L'avocat ajoute que sa cliente a exprimé une opinion personnelle de façon inappropriée, mais qu'elle comprend mieux le code de déontologie et les règles de conduite de son service.

Elle a appris sa leçon et elle envisage maintenant de poursuivre sa carrière, qu'elle souhaite prometteuse, a-t-il conclu.

La reconnaissance de culpabilité surprise de l'accusée a donc mis abruptement un terme à trois jours d'audiences disciplinaires prévus cette semaine.

L'audience était aussi accessible en ligne. Quelques partisans anonymes y ont assisté et leur identification sur l'écran portait la mention : Tous derrière Erin.

L'arbitre, le surintendant à la retraite Greg Walton, a endossé sur le banc la pénalité proposée et l'a qualifiée de raisonnable.

Le surintendant Walton a souhaité bonne chance à l'agente Erin Howard; il a précisé que la sanction s'appliquait immédiatement et qu'il rendra ses raisons par écrit en janvier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...