•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Manitobain condamné à 3 ans de prison pour fabrication d’armes avec une imprimante 3D

Un pistolet noir.

Les autorités ont saisi deux pistolets de type Glock imprimés en 3D.

Photo : Fourni par l'Agence des services frontaliers du Canada

Radio-Canada

Un Manitobain de 35 ans a été condamné à une peine totale de 3 ans de prison pour avoir fabriqué des armes avec une imprimante 3D. Une perquisition à son domicile en décembre 2021 a permis de saisir des armes imprimées en 3D, une imprimante et des munitions.

Les agents du Centre de traitement du courrier international de Toronto ont intercepté un colis suspect destiné à l'accusé en septembre 2021. Il contenait des composants d'armes à feu nécessaires à l'assemblage d'un pistolet de type Glock imprimé en 3D, ce que les autorités appellent un pistolet fantôme.

Les enquêteurs criminels de l’Agence des services frontaliers du Canada à Winnipeg (ASFC) ont ouvert une enquête, ce qui les a menés jusqu’à la résidence du suspect trois mois plus tard.

Un fusil, des munitions et une imprimante 3D.

Des armes à feu, des munitions et une imprimante 3D saisies chez le condamné.

Photo : Fourni par l'Agence des services frontaliers du Canada

Nous agissons pour protéger les Canadiens contre la violence liée aux armes à feu. Les armes fantômes constituent un risque sérieux et croissant, déclare le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendocino, dans un communiqué.

L’homme accusé de plusieurs infractions à la Loi sur les douanes et au Code criminel du Canada a plaidé coupable au Palais de justice de Steinbach, au sud de Winnipeg.

Le directeur général de l’ASFC pour les Prairies, Brad Wozny, rappelle que la possession d'une arme à feu sans autorisation est interdite. Cela continue d'être une priorité absolue pour l'Agence et une façon importante de contribuer à la sécurité publique, en protégeant les collectivités à qui nous offrons nos services au quotidien.

Plus tôt, cette année, le Service de police de Winnipeg a annoncé la saisie d’une arme à feu créée en partie à partir d’une imprimante 3D, dénonçant un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur dans la ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...