•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

27 résidents veulent poursuivre le comté d’Antigonish à cause de la fusion

Une affiche est accrochée à un arbre.

Le message sur cette pancarte en faveur d'un plébiscite sur le projet de fusion entre la ville d'Antigonish et le comté d'Antigonish est sans équivoque.

Photo : Jon Tattrie/CBC

Radio-Canada

Les tensions persistantes autour d'un projet de fusion à Antigonish ont mené aux tribunaux.

La municipalité du comté d'Antigonish a été avisée la semaine dernière qu'une poursuite au nom de 27 résidents sera bientôt déposée devant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse.

Le groupe espère que les tribunaux vont annuler la décision du comté de demander au gouvernement provincial de regrouper le comté et la ville d'Antigonish en une seule municipalité.

« C'est tellement antidémocratique »

— Une citation de  Anne-Marie Long, résidente du comté d'Antigonish

La ville a voté 4 contre 3 en faveur de la fusion, tandis que le comté a voté 5 contre 3 en faveur. Deux des conseillers de comté se sont abstenus de voter par crainte d'éventuels conflits d'intérêts.

Aucun vote public n'a eu lieu sur la question.

Un plébiscite a été rejeté par le conseil municipal, et la mairesse de la ville, Laurie Boucher, a déclaré qu'un vote serait source de division, alors ils ont plutôt opté pour des séances de consultation publique.

Le préfet du comté d'Antigonish Owen McCarron et la mairesse de la ville d'Antigonish, Laurie Boucher.

Le préfet du comté d'Antigonish Owen McCarron et la mairesse de la ville d'Antigonish, Laurie Boucher.

Photo : Jane Sponagle/CBC

Mais Anne-Marie Long affirme que ces séances n'ont pas répondu à toutes ses questions et celles d’autres résidents.

Elle dit qu'il y avait encore beaucoup d’inconnue concernant les taxes et l'avenir du service public d'électricité de la ville d'Antigonish.

Nous avons toutes sortes de questions sur les besoins en infrastructure de la ville et du comté, dit-elle.

Il ne faut pas s’attendre à ce que nous achetions un plan sans aucun détail.

Une partie de l'argument en faveur de la consolidation est de mettre en commun les ressources et de mieux s'attaquer aux problèmes difficiles comme le changement climatique, le logement abordable et les infrastructures, a expliqué la mairesse de la ville en octobre.

Anne-Marie Long comprend mal cet argument puisque les deux municipalités travaillaient déjà souvent ensemble sur des projets conjoints.

Elle croit aussi que cette idée que la fusion va mener à plus de subventions ou de financement provincial n'est pas fondée.

La demande de la ville et du comté pour que la province crée une loi spéciale pour permettre la consolidation va également à l'encontre de la loi sur le gouvernement municipal, remarque la résidente.

Elle voit là une tentative de contourner le processus habituel par le biais de la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse (UARB).

La province a adopté cette approche en 2018 pour permettre à Windsor et à la municipalité du district de West Hants d'aller de se fusionner, mais Anne-Marie Long fait remarquer que ce n'était pas la même situation.

Elle explique que dans ce cas là, les citoyens avaient déjà pris la décision de demander à la commission une fusion dirigée par les citoyens, des années avant la création de la municipalité régionale de West Hants en avril 2020.

Les citoyens voulaient un changement à cause de ce qu’ils qualifiaient de relation dysfonctionnelle entre les deux gouvernements locaux.

C'était une lame de fond de bas en haut, lance Anne-Marie long. Dans le cas de la ville et le comté d’Antigonish, c'est une décision du sommet vers le bas sans aucun consentement!"

Une dame qui porte des lunettes.

Anne-Marie Long de Tracadie en N.-É., est l'une des résidentes de la municipalité du comté d'Antigonish qui intente une action en justice contre le comté car elle croit que fusionner avec la ville d'Antigonish est illégale et antidémocratique.

Photo : Gracieuseté de Anne-Marie Long

La résidente craint aussi que la situation crée un précédent et que la province se mette à autoriser les fusions sans vote public et contre la volonté des communautés.

Le directeur du comté Owen McCarron dit qu'il n'a pas encore vu le procès proposé, mais qu'il est confiant que les deux conseils ont pris la bonne décision.

La poursuite est menée par le groupe de citoyens Let Antigonish Decide.

Il y aura des réunions publiques sur le procès dans les semaines à venir pour recueillir des dons pour leur fonds juridique.

La fusion divise depuis que l’idée a été présentée. Des représentants de la ville et du comté ont même fait face à des menaces et à de l’intimidation en ligne.

La mairesse de la ville, Lauri Boucher, a signalé certains de ces messages et commentaires à la GRC en octobre, et la GRC confirme avoir ouvert une enquête pour menaces.

Avec les informations de Haley Ryan de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...