•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme est condamné à 7 ans de prison pour des agressions sexuelles sur des fillettes

Avertissement : ce reportage contient des détails troublants.

L'enseigne du tribunal à l'entrée du bâtiment.

Les procédures se sont déroulées devant la Cour suprême de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un résident du comté de Kings, à l’Île-du-Prince-Édouard, qui a reconnu sa culpabilité à des accusations d’infractions sexuelles sur trois enfants, dont deux membres de sa famille, a été condamné lundi à sept ans de prison.

La cour interdit la publication de tout renseignement qui permettrait d’identifier les victimes. CBC/Radio-Canada ne nomme donc pas cet homme qui est âgé de 57 ans.

Les victimes, qui sont maintenant des adolescentes et qui étaient accompagnées d’autres membres de leur famille respective, ont éclaté en sanglots par moments durant la comparution de cet homme à la Cour suprême de l’Île-du-Prince-Édouard.

L’une des victimes est sa petite-fille, l’autre est sa belle-petite-fille, la troisième est l’une de leurs copines.

Selon l’exposé conjoint des faits présenté en cour, il a sexuellement agressé les trois filles à plusieurs occasions durant plusieurs années, souvent sans utiliser de moyens de contraception. Les agressions ont eu lieu dans sa maison, dans sa voiture et à d’autres endroits.

La plus jeune victime, sa petite-fille, n’avait que 5 ans quand il l’a agressée pour la première fois.

Il a continué à commettre ses crimes jusqu’à l’automne 2021. Les victimes ont parlé à leurs parents, qui ont porté plainte à la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Il a été arrêté et il est détenu depuis ce moment.

Des vies ruinées, selon une victime

L’homme a reconnu sa culpabilité à un chef d’accusation d’inceste et à deux chefs d’accusation de contacts sexuels. Douze autres accusations ont été suspendues.

L’une de ses victimes a ensuite lu une déclaration en cour. Il m’a amenée à me détester et à détester mon propre corps. Je me suis sentie vulnérable et impuissante, a-t-elle expliqué, en larmes.

Il a ruiné des vies innocentes et tant d’expériences de l’enfance qui auraient pu être belles et joyeuses. Je ne vois que de la douleur et de la souffrance.

Recommandation conjointe

Le juge Jonathan Coady a accepté la recommandation conjointe de la Couronne et de la défense pour sept ans de prison, moins le temps que l'homme a déjà passé derrière les barreaux depuis son arrestation.

Le juge a souligné que la peine aurait été plus sévère si l’homme n’avait pas reconnu sa culpabilité, ce qui aurait forcé les victimes à revivre leurs traumatismes en racontant les faits en détail durant un procès.

Cette cause, selon le juge, démontre le pire comportement humain.

Les torts causés par ces crimes sont réels, profonds, et ils vont demeurer. Il est impossible de mesurer ou de quantifier ces torts. Aucune peine imposée par cette cour ne peut remédier à ces torts, a déclaré le juge Coady.

Avec des renseignements de Steve Bruce, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...