•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ex-juge examinera les circonstances entourant deux meurtres dans Chinatown à Edmonton

Deux véhicules de police sont stationnés devant des commerces dans le quartier chinois d'Edmonton.

La ville d’Edmonton a investi 15,2 millions de dollars pour mettre en place un centre d’opération dans le quartier chinois pour renforcer la sécurité dans le centre-ville de la capitale après les deux meurtres. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Gabriela Panza-Beltrandi

Radio-Canada

La commission de police d’Edmonton a annoncé lundi matin qu’elle a retenu les services d’une juge retraitée pour examiner de manière indépendante les événements qui ont précédé les meurtres de deux hommes dans le quartier chinois le 18 mai.

La tierce partie indépendante retenue par la commission de police est Donna L. Shelley, une ancienne juge de la Cour du Banc du Roi de l’Alberta. Cette dernière examinera les circonstances de l'arrivée et du séjour de l'accusé [Justin Bone] à Edmonton, avant le double meurtre de Hung Trang, 64 ans, et Ban Phuc Hoang, 61 ans.

La commission avait promis cet examen indépendant quatre mois plus tôt. Les deux victimes travaillaient depuis des décennies dans le quartier chinois de la capitale albertaine. Ils ont été assassinés le 18 mai lors d'attaques non provoquées dans deux différents commerces.

Justin Bone, 36 ans, a été arrêté le même jour, près des scènes de crimes. Il a été accusé plus tard de deux chefs d'accusation de meurtres au second degré.

Trois jours avant le drame, des agents de la Gendarmerie royale canadienne (GRC) de Parkland ont répondu à une plainte ciblant Justin Bone à Alberta Beach, une municipalité située à 70 km d’Edmonton. La GRC aurait déposé l’accusé dans l'ouest de la capitale albertaine, enfreignant ainsi les conditions de sa liberté sous caution qui lui interdisait de se trouver à Edmonton sans surveillance.

Un ami de la famille qui hébergeait Justin Bone à Alberta Beach, a précédemment affirmé à CBC/Radio-Canada que la GRC et le Service de police de la Ville d’Edmonton (EPS) avaient ignoré ses mises en garde envers le danger que représentait l'accusé pour la sécurité publique.

L’EPS a indiqué, dans une déclaration datée du 9 juin, que ses agents avaient interagi avec M. Bone, le 15 mai, et qu'ils lui avaient conseillé de respecter le reste des conditions qui lui avaient été imposées et de discuter de tout changement avec son agent de probation.

Cette déclaration a cependant été rectifiée par l’EPS quelques jours plus tard, le 16 juin. La police dit alors avoir reçu l’appel d'un plaignant au sujet de Justin Bone, assure ne pas avoir interagi avec l'accusé et affirme avoir évalué la situation en fonction des renseignements fournis par la GRC.

Une juge avec des années d’expérience

Le rapport de Donna L. Shelley permettra d'évaluer les pratiques policières utilisées par la police d'Edmonton durant ses démarches avec l'accusé.

Selon le communiqué de presse de la commission de police, la vérification prendra en compte des renseignements recueillis dans le cadre des processus et des procédures en cours liés à cette affaire.

La commission de police prévoit de rendre disponible le rapport final de Mme Shelley quelques mois après la fin des procédures judiciaires de l'accusé.

« Le rapport présentera toutes les informations connues, ainsi que les lacunes potentielles, et recommandera des moyens pour la commission de combler ces lacunes à l'avenir. »

— Une citation de  La commission de police de l'Alberta

Donna L. Shelley a occupé le poste de présidente du Bureau d’enquête sur l’application de la loi de l’Alberta, en plus de siéger au conseil d'administration de l'Association canadienne de surveillance civile du maintien de l'ordre.

Justin Bone doit comparaître en juillet lors d'une audience préliminaire devant la cour provinciale d'Edmonton.

Avec les informations de Wallis Snowdon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...