•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une hausse du taux de taxes foncières de 3,5 % à Granby en 2023

L'hôtel de ville de Granby.

L'hôtel de ville de Granby (archives)

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Devant une hausse de ses frais de fonctionnement de 6,9 % en raison de l’inflation, la Ville de Granby dit vouloir miser sur une gestion « saine » de ses actifs. Son budget 2023, adopté à l’unanimité lundi par le conseil municipal, s’élève à 119,5 M$ et comprend notamment une hausse du taux de taxes foncières de 3,5 %.

Cette augmentation représente une hausse d’environ 74 $ par année pour une maison moyenne de 279 000 $.

« Ce qu’il faut savoir, c’est que, comme on gèle toutes nos taxes de services, d’eau, tout ça, on arrive, pour une maison moyenne, à une augmentation d’en bas de 3 %, donc à 2,87 % d’augmentation du compte de taxes moyen pour les maisons. »

— Une citation de  Julie Bourdon, mairesse de Granby

Tous les autres taux sont gelés : gels de tarification au niveau de l’eau, des écocentres, des matières résiduelles, etc., ajoute la mairesse.

L'augmentation de 3,5 % s’applique également aux taux de taxes pour les commerces et les industries pour assurer une équité globale sur l’application de la hausse des taxes, précise la Ville dans un communiqué.

Investissements majeurs dans la voirie et le traitement des eaux

Le plan triennal d’immobilisations de cette année s’élève quant à lui à 53,6 M$, le deuxième en importance de l’histoire de Granby, après l’année de la construction du Centre aquatique Desjardins.

La Ville compte ainsi investir 30 M$ dans les infrastructures routières, la voirie, les égouts et les aqueducs. C’est quand même assez majeur. C’est pour nous permettre de maintenir nos actifs tels quels, souligne la mairesse.

Des investissements de 16,6 M$ doivent aussi être mis dans les usines de traitement des eaux. En 2022, on avait mis de l’argent pour la station de pompage. Là, ce qu’on vient faire, c’est la mise en place d’un réservoir. On va venir présenter à l’ensemble des citoyens, cet hiver, une présentation de tous les investissements qui s’en viennent pour l’usine de traitement des eaux, qui vont être des investissements majeurs pour les quatre ou cinq prochaines années, souligne Julie Bourdon.

« On est vraiment en train de pérenniser nos infrastructures, et l’eau, c’est essentiel. »

— Une citation de  Julie Bourdon, mairesse de Granby
Investissements prévus à Granby en 2023

Projet

Montant prévu

Infrastructures de rues

30 141 000 $

Usines de traitement des eaux

16 610 000 $

Parcs et terrains de jeux

1 932 000 $

Préservation des milieux naturels

500 000 $

Développements social et communautaire

2 603 773 $

Développement économique

3 326 165 $

Le budget 2023 de 119,5 M$ est à la baisse par rapport aux quelque 134 M$ de l’an dernier. 

Il y a encore des subventions à recevoir qui ne sont pas confirmées. Le budget est donc plus haut que ce qui est indiqué là. On attend les confirmations et, de façon comptable, la trésorière ne souhaitait pas mettre ces montants-là qui ne sont pas confirmés à 100 %, mais on a déjà eu un 8 ou 10 M$ de confirmé qui n’est pas indiqué dans le budget, précise toutefois la mairesse pour expliquer cette différence.

Une autre différence observée dans le budget cette année est le seuil du crédit de consommation de l’eau pour les commerces et les industries, qui sera baissé de 340 m3 à 240 m3 en 2023. Quand on parle d’un budget basé sur l’équité, ça en fait partie. L’eau, c’est une ressource qui est précieuse. Ce qu’on souhaite, c’est que les usines qui utilisent beaucoup d’eau pour la production, et il y en a quand même plusieurs à Granby, paient le juste prix de l’eau. C’est pourquoi on est venu abaisser la limite où on vient charger un tarif supplémentaire aux usines, souligne la mairesse. Ce changement devrait représenter 300 000 $ de plus dans le budget de Granby.

Le taux de taxation pour les terrains vacants desservis par la Ville augmentera aussi de 9 %. Ce qu’on souhaite, c’est éviter la spéculation immobilière et favoriser la densification, éviter que des terrains desservis restent vacants ad vitam aeternam car le taux de taxation n’est pas assez élevé, soutient Julie Bourdon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...