•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retour difficile pour l’Opération Nez rouge à Val-d’Or

Stéphanie Hoarau répond à un appel de raccompagnement devant un ordinateur.

L'organisation de l'Opération Nez rouge à Val-d'Or a besoin de bénévoles. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

De retour après une absence de deux ans, l’Opération Nez rouge rencontre son lot de défis cette année à Val-d’Or.

Déjà trois soirées sur quatre ont été annulées par manque de bénévoles. L’organisation a enfin pu raccompagner ses 35 premiers fêtards vendredi dernier, après avoir annulé ses deux premières soirées, les 25 et 26 novembre.

Plusieurs facteurs l’ont toutefois contrainte à déclarer forfait samedi dernier. On peut presque parler de chaos pour l’Unité Domrémy, qui organise l’Opération Nez rouge à Val-d’Or depuis plusieurs années.

Il y a toutes sortes de maladies qui se promènent en ce moment. Du rhume, de la COVID, de la gastro. C’est venu compliquer un peu les choses, parce qu’on avait cinq équipes qui devaient être présentes et elles ont dû annuler. Un autre facteur qui a joué samedi, c’est notre système téléphonique, qui a flanché. La température nous a aussi empêchés de monter des équipes un peu ad hoc, sur le pouce. Il s’est mis à pleuvoir, puis ç'a gelé. C’est donc une série d’éléments qui ont contribué à ce que ça ne fonctionne pas bien, explique le coordonnateur Donald Poulin.

Besoin de bénévoles

L’organisation compte sur 10 équipes confirmées pour ce vendredi. Elle lance un appel aux bénévoles pour que les soirées du 10, du 16 et du 17 décembre puissent aussi avoir lieu comme prévu.

« Habituellement, nous avons entre 400 et 500 bénévoles en moyenne chaque année. Cette année, on va être contents si on en a 100 ou 150. C’est un gros défi. Avec six équipes, on est capables d’être très fonctionnels. Donc, ce samedi, si on pouvait avoir trois équipes de plus, on serait heureux. Pour l’autre semaine, on va continuer de chercher des bénévoles. »

— Une citation de  Donald Poulin, coordonnateur de Nez rouge à Val-d'Or

M. Poulin rappelle que l’organisation rembourse 25 sous du kilomètre pour l’essence et qu’il n’y a aucune consigne sanitaire pour agir comme bénévole à l’Opération Nez rouge cette année.

J’ai discuté avec plusieurs personnes qui se demandaient s’il fallait mettre un masque ou des choses comme ça, et il y en a beaucoup qui choisissent de reporter et de le faire plutôt l’an prochain. Il faut leur dire que non, les masques ne sont pas nécessaires cette année. On n’a aucune obligation, aucune recommandation dans ce sens-là, insiste Donald Poulin.

Un impact financier

Le coordonnateur de l’Unité Domrémy souligne aussi que ces annulations ont un impact pour l’organisme à but non lucratif, puisqu’il s’agit d’une activité de financement pour les organisateurs.

On échoue sur deux axes. Le premier, c’est sur notre capacité de répondre comme Opération Nez rouge. On a une certaine fierté d’avoir la capacité de répondre aux appels des gens qui veulent un raccompagnement. L’autre axe, c’est que cela aura des répercussions sur le financement que ça procure à l’Unité Domrémy. On est un organisme qui travaille en dépendance et en santé mentale auprès des jeunes, des adultes et des personnes âgées de toute ethnie. C’est sûr que ça vient diminuer notre capacité en termes de financement, déplore Donald Poulin.

Par ailleurs, l’Opération Nez rouge a effectué 75 raccompagnements à La Sarre et 80 à Rouyn-Noranda au cours de la dernière fin de semaine. Elle en avait réalisé 29 à La Sarre et 63 à Rouyn-Noranda le week-end précédent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...