•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CEFR : une radio pour la communauté fransaskoise par des étudiants fransaskois

Ousmane lbo Mahamane qui supervise des étudiants du CEF.

Le gestionnaire de la CEFR, Ousmane Ilbo Mahamane, espère de recevoir plus de financement de la part du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La radio des écoles fransaskoises (CEFR) est en onde après six mois de travail.

À travers cette initiative, le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) cherche à créer une radio communautaire qui offre la chance aux étudiants de faire entendre leur voix tout en renseignant la communauté fransaskoise sur l'actualité.

Selon le gestionnaire de la CEFR, Ousmane Ilbo Mahamane, cette radio donne la chance aux élèves e développer leurs talents de journaliste ou d’animateur.

Ousmane Ilbo Mahamane dans les studios de la radio.

Ousmane Ilbo Mahamane est une figure bien connue dans la communauté fransaskoise car il a longtemps été impliqué dans la radio francophone de Gravelbourg.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Nous avons des enseignants qui sont en train de faire des émissions pour la radio, il y en a qui sont en train de monter des pièces de théâtre et il y en a qui sont en train de faire en sorte que les activités au niveau de chaque école puissent remonter au niveau de la radio pour une diffusion, affirme lOusmane Ilbo Mahamane

De son côté, une étudiante de Monseigneur de Laval, Jade Del Magro, affirme qu’elle est en train de découvrir le métier de journalisme par le biais de la CEFR.

J’avais pas forcément pensé à faire ce travail , mais je trouve que c’est un métier intéressant et un peu fatigant parce qu'il y a beaucoup de choses à faire et ça demande beaucoup d’organisation, affirme l'étudiante.

Bien que cette radio soit principalement financée par le CEF, Ousmane Ilbo Mahamane affirme que des démarches sont en cours pour tenter de recevoir plus de financement de la part du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Si nous avons aujourd’hui l’accord du CRTC, ça nous permet de monter des projets sur le plan local pour essayer d’aller chercher aussi du financement. Et puis, ça nous permet d’avoir la possibilité de diffuser en onde FM, affirme le gestionnaire.

Selon lui, il faudra attendre de 12 à 18 mois avant d’avoir une décision du CRTC.

Avec les informations d’Annie St-Jacques

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...