•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de forêt de la guérison pour rendre hommage aux femmes autochtones disparues

Désirée Thériault propose à la Ville de Winnipeg d'aménager le lieu où le corps de Tina Fontaine a été découvert.

Une infographie montrant le lieu de la forêt de guérison telle qu'elle serait conçue en date du 1er décembre 2022.

Le projet de Désirée Thériault comporterait une forêt d'érables rouges parce que c'est la seule couleur visible par les esprits, selon les récits autochtones.

Photo : Infographie réalisée par Désirée Thériault

Désirée Thériault, une architecte franco-manitobaine et métisse, a imaginé une forêt de guérison pour rendre hommage aux femmes autochtones assassinées et disparues. Ce lieu de recueillement verrait le jour aux Alexander Docks, à Winnipeg, où le corps de Tina Fontaine a été découvert.

La jeune femme s’est interrogée sur le rôle du design dans la réconciliation pendant ses études en architecture du paysage à l’Université du Manitoba.

J’ai très vite réalisé à quel point l’histoire des femmes autochtones assassinées et disparues [n’apparaissait pas] dans nos villes, dit-elle.

Une infographie montrant le lieu de la forêt de guérison telle qu'elle serait conçue en date du 1er décembre 2022.

Le projet de Désirée Thériault verrait le jour le long de la rivière Rouge, à Winnipeg.

Photo : Infographie réalisée par Désirée Thériault

Cette réflexion a poussé la francophone à imaginer une forêt de la guérison qui pourrait voir le jour aux Alexander Docks. Ce lieu, situé en bordure de la rivière Rouge dans le centre-ville de Winnipeg, est très important parce que c’est là où le corps de Tina Fontaine a été retrouvé, rappelle-t-elle.

Les restes de l’adolescente de 15 ans avaient été découverts en 2014, suscitant une vive émotion à l’échelle nationale et posant les bases à la mise sur pied de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Des dizaines d'érables rouges

À l’heure actuelle, aucune plaque ou affiche ne rend hommage à Tina Fontaine aux Alexander Docks. Le lieu est occupé par un terrain vague et un stationnement, coincé entre le restaurant chic Cibo, le parc Fort Douglas, la promenade Waterfront et la rivière Rouge. Désirée Thériault, elle, voudrait transformer l’espace en une forêt spirituelle.

Une infographie montrant le lieu de la forêt de guérison telle qu'elle serait conçue en date du 1er décembre 2022.

Un feu sacré serait installé à côté de la rivière Rouge et serait rallumé si une femme autochtone disparaissait.

Photo : Infographie réalisée par Désirée Thériault

Des érables rouges seraient plantés, parce que c’est la seule couleur que les esprits peuvent voir dans les histoires autochtones. Un chemin passerait au travers de cette forêt, en direction de la rivière Rouge, et les gens seraient amenés vers un mur [où il y aurait] des perles avec les [noms] des filles et femmes disparues ou assassinées. Elles représenteraient tous les esprits, explique l’architecte paysagiste.

« Dans notre ville, on n’a pas beaucoup d’espace où on peut commémorer les esprits qu’on a perdus trop tôt. C’est quelque chose que j’ai réalisé en faisant mon projet. »

— Une citation de  Désirée Thériault, architecte franco-manitobaine et métisse

Un foyer pour un feu sacré serait installé à l’endroit exact où Tina Fontaine a été retrouvée. Il serait allumé à chaque fois qu’une femme autochtone disparaît ou meurt, décrit Désirée Thériault. [Ça serait] important de le raviver pour alerter la société qu’une nouvelle femme ou une fille est morte et la fumée masquerait la vue du Musée canadien pour les droits de la personne. Ça symboliserait la violation continue des droits humains.

Donner une voix aux familles

Ce projet tient d’autant plus à cœur à la jeune femme depuis que le tueur en série présumé Jeremy Skibicki est accusé de quatre meurtres de femmes autochtones, qui ont tous eu lieu cette année. Mon cœur est absolument dévasté. J'espère qu’en mettant des espaces pour réfléchir, on [pourra] rendre nos communautés plus au courant [de la tragédie qui touche les femmes autochtones].

La jeune femme travaille d’ailleurs avec les familles des victimes autochtones qui ont disparu ou ont été assassinées à Winnipeg. Elle a ainsi réalisé une carte montrant les lieux où elles ont été vues pour la dernière fois.

Une infographie montrant le lieu de la forêt de guérison telle qu'elle serait conçue en date du 1er décembre 2022.

Le lieu aurait un mur recouvert de perles représentant les esprits des femmes autochtones qui ont disparu ou qui ont été assassinées.

Photo : Infographie réalisée par Désirée Thériault

Cette réalisation a permis de donner aux familles une voix, selon l'élue néo-démocrate Bernadette Smith. On se sent souvent seuls, dit la députée qui a perdu sa sœur, Claudette Osborne-Tyo, en 2008. On a souvent l’impression que nos proches ont été oubliés et que personne n’y prête attention.

La députée provinciale espère maintenant que la Ville de Winnipeg mettra en place le concept imaginé par Désirée Thériault. C’est quelque chose que la communauté veut, pense-t-elle.

Rien de concret

L’architecte paysagiste, elle, confie qu’il n’y a rien de concret pour le moment.

Je n’ai aucun soutien, mais j’ai parlé avec la Ville de Winnipeg et des organisations autochtones qui seraient intéressées, développe-t-elle.

L'architecte paysagiste Désirée Thériault dans une photo transmise en novembre 2022

Désirée Thériault pense que son projet de parc commémoratif serait le premier en son genre au Canada s'il voyait le jour.

Photo : Remise par Désirée Thériault

Dans un courriel, la capitale manitobaine explique que 600 000 $ ont été mis de côté en avril pour financer de futurs aménagements d’Alexander Docks, mais qu’il est encore trop tôt pour savoir en quoi ils consisteront.

Le plan d’aménagement du quartier de la Bourse (Nouvelle fenêtre), présenté cette année, mentionne cependant que les Alexander Docks ont une place particulière dans le cœur des Autochtones [...] et que les projets futurs devront garantir que les quais restent un lieu de guérison et de réconciliation.

Aucune estimation de coût n’est cependant disponible pour le projet de Désirée Thériault. Je travaille sur ça en ce moment, assure-t-elle.

Avec des informations d'Ozten Shebahkeget

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...