•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une délégation de Sudbury va parler de son reverdissement à la COP15

John Gunn est assis à une table.

John Gunn est le directeur du Centre pour la vitalité des lacs Vale, un centre de recherche associé à l'Université Laurentienne.

Photo :  (CBC) / Sarah MacMillan

Radio-Canada

Un professeur de l'Université Laurentienne et deux étudiantes se préparent à se rendre à Montréal plus tard ce mois-ci, où ils partageront l'histoire du reverdissement de Sudbury sur la scène internationale dans le cadre de la COP15.

John Gunn, directeur du Centre pour la vitalité des lacs Vale, fera une présentation à la conférence des Nations Unies sur la biodiversité, connue sous le nom de COP15, avec les étudiantes Anastacia Chartrand et Avery Morin.

Selon M. Gunn, l'idée de faire une présentation à la conférence est née plus tôt cette année, lorsque plusieurs dignitaires se sont rendus à Sudbury pour planter le 10 millionième arbre de la ville dans le cadre de son effort de reverdissement, qui a débuté en 1978.

Depuis le début de cet effort, 80 000 hectares de terres ont été récupérés sur le plan écologique.

À cette occasion, John Gunn et quelques leaders étudiants ont rencontré Steven Guilbeault, le ministre de l'Environnement du Canada.

Son entourage nous a encouragés à présenter une demande pour faire connaître l'histoire du rétablissement de Sudbury au monde entier, indique M. Gunn. C'est ce qu'ils ont fait et, fin novembre, ils ont reçu la confirmation qu'ils avaient été invités à faire une présentation à la conférence dans le cadre du pavillon canadien.

J'ai hâte de voir l'impact que nous aurons et de voir d'autres communautés adapter les connaissances de Sudbury à leurs propres problèmes de biodiversité, affirme Anastacia Chartrand, étudiante diplômée en communication scientifique et présidente du Comité de durabilité environnementale de l'université.

Je suis tellement fière d’avoir l’opportunité d’aller à la COP15 pour représenter ma ville de Sudbury, et pour partager des messages d’espoir pour la planète, indique quant à elle Avery Morin, qui est la présidente de l’Association générale des étudiants de l’Université Laurentienne.

Le 19 décembre, dernier jour de la COP15, M. Gunn fera une présentation d'une heure sur le rétablissement de l'environnement à Sudbury au fil des ans, tandis que les deux étudiantes accueilleront les délégués et partageront des vidéos et d'autres informations avec les personnes présentes à la conférence.

Bien que l'histoire du reverdissement de Sudbury ait été largement partagée au fil des ans, M. Gunn a déclaré qu'il abordait la conférence en pensant que de nombreux délégués du monde entier ne la connaissait pas.

Nous allons rester humbles et dire que nous venons d'un passé très sombre, que nous étions l'un des endroits les plus pollués de la planète, que nous avions une des pires qualités d'air, que nous étions la plus grande source ponctuelle de pollution au soufre de la planète, affirme M. Gunn.

Il espère que les délégués des pays confrontés à des crises majeures en matière de biodiversité pourront tirer des leçons de l'histoire de Sudbury et qu'ils quitteront la conférence avec un sentiment d'espoir qu'il est possible de surmonter les défis.

Avec les informations de CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...