•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maison Charles-Daudelin est sauvée

Menacés de démolition, la résidence et l'atelier du sculpteur seront protégés par le gouvernement du Québec.

Vue avant de la maison Charles-Daudelin.

La maison Charles-Daudelin est en voie d'être classée en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Photo : Ministère de la Culture et des Communications du Québec

Radio-Canada

Le ministre québécois de la Culture et des Communications, Mathieu Lacombe, annonce son intention de classer comme site patrimonial la maison Charles-Daudelin et son atelier, à Kirkland.

C'est donc dire que la résidence du sculpteur décédé il y a plus de 20 ans ne sera pas rasée comme l'auraient souhaité ses propriétaires actuels. Elle sera, au contraire, préservée.

La décision du ministre Lacombe découle d'une série d'articles publiés cet automne dans le quotidien Le Devoir. Déjà, le mois dernier, la maison et l'atelier Charles-Daudelin avaient été placés sous un régime d'ordonnance de 30 jours.

Des analyses ont été réalisées depuis et elles ont conclu à l'importance de poser un geste fort afin d'assurer la conservation de ces biens, a fait savoir le cabinet du ministre par voie de communiqué, lundi matin.

D'autres étapes devront être franchies avant que le site patrimonial classé soit officiellement inscrit au Registre du patrimoine culturel, mais l'intention du gouvernement québécois est sans équivoque.

« Il ne fait aucun doute que le site patrimonial de la Maison-Charles-Daudelin ainsi que la maison Charles-Daudelin et son atelier sont des témoins importants de l'héritage culturel du Québec. »

— Une citation de  Mathieu Lacombe, ministre de la Culture et des Communications

Construite en 1951 et agrandie en 1986, la résidence en question est le reflet de l'œuvre de Charles Daudelin, un artiste majeur de la modernité au Québec. Elle présente, selon le site web du ministère, un intérêt patrimonial tant pour sa valeur historique que pour sa valeur architecturale.

La maison et l'atelier sont situés au 17 166, chemin Sainte-Marie, à Kirkland, dans l'Ouest-de-l'Île. L'immeuble vaut un peu plus de deux millions de dollars, selon le rôle d'évaluation foncière de l'agglomération montréalaise. Le terrain mesure plus de 5600 mètres carrés (60 000 pieds carrés).

La Ville de Kirkland, qui n'avait pas jugé bon de citer l'immeuble, avait publié un avis public dans le but de permettre sa démolition, ce qui avait provoqué l'ire de l'organisme Héritage Montréal.

Reportage de Louise Lafontaine qui présente une rétrospective de l'artiste Charles Daudelin et de son œuvre. Le bulletin de nouvelles est animé par Stéphan Bureau.

Charles Daudelin a vécu de 1920 à 2001. Son legs se compose de plusieurs sculptures, installations sculpturales et aménagement réalisés dans le cadre de la Politique d'intégration des arts à l'architecture et à l'environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics, dont l'Agora du square Viger.

Cette œuvre-phare de l'artiste devait également être détruite par la Ville de Montréal. Elle a finalement été sauvée partiellement par l'intervention de sa succession, qui a réussi à faire modifier le plan de réaménagement du square.

Parmi les autres pièces les plus connues de Charles Daudelin, on retrouve Polypede (1967) devant la Faculté de droit de l’Université McGill à Montréal, Allegrocube (1973) devant le palais de justice de Montréal et Embâcle (1984) à la place du Québec à Paris.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...