•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les inscriptions des écoles de la N.-É. sont en hausse après un déclin de 50 ans

Un enseignant et des élèves sont en classe.

Le système scolaire public de la Nouvelle-Écosse connaît une augmentation des inscriptions, renversant une tendance à la baisse qui dure depuis des décennies.

Photo : iStock / skynesher

Radio-Canada

Le nombre d'élèves dans les écoles publiques de la Nouvelle-Écosse est à la hausse après des décennies de baisse des inscriptions.

De nouveaux chiffres publiés par le ministère de l'Éducation montrent que les inscriptions ont augmenté cet automne dans tous les conseil scolaire de la province.

Dans la plupart des régions, l'augmentation de l'automne 2021 à cet automne est modeste, entre 1 % à 3 %, ce qui fait grimper la hausse provinciale à 3,2 %. Le nombre totales d’élèves dans la province est donc passé de 125 124 élèves à 129 121.

Le Conseil scolaire acadien provincial a vu ses inscriptions augmenter de 1,3 %

La plus forte augmentation en terme de pourcentage s’est produit dans le sud-ouest de la province, qui a connu une augmentation de 6,1 % de l'automne dernier à cet automne.

La population étudiante du Centre régional d'éducation de la Rive-Sud a augmenté de 4,2 % et le district d'Halifax a connu une augmentation de 4 %.

Immigration, migration interprovinciale

Jeremy Brown, directeur du Bureau des services communs de l'éducation de la Nouvelle-Écosse, dit que cette hausse des inscriptions au cours des deux dernières années est probablement liée au fait que des personnes se sont installées en Nouvelle-Écosse en provenance d'autres régions du Canada.

Il y a aussi une augmentation de l'immigration et à un afflux de réfugiés de l'Ukraine et de la Syrie.

Des dizaines de personnes dans l'aire d'attente de l'aéroport. Certaines tiennent des pancartes aux couleurs du drapeau ukrainien, sur lesquelles sont écrits des mots de bienvenue en langue ukrainienne.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des gens attendent l'arrivée d'un vol transportant environ 300 réfugiés d'Ukraine, le 2 juin 2022 à l'aéroport international Stanfield d'Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

Il ajoute que les données du recensement de la Nouvelle-Écosse reflètent les tendances générales de la population à travers le Canada.

À l'échelle nationale, il y a eu une augmentation de 5,2 % de la population de 2016 à 2021, et l'augmentation de la Nouvelle-Écosse a été de 5 %, dit-il.

Le ministère de l'Éducation prend des mesures pour embaucher plus d'enseignants, notamment en recrutant en tant que province plutôt que de laisser chaque centre régional d'éducation faire son propre recrutement.

Nous faisons la promotion de la Nouvelle-Écosse en disant que la Nouvelle-Écosse est un endroit où il fait bon vivre, c'est un endroit où il fait bon travailler et s'il vous plaît, venez en Nouvelle-Écosse, explique Jeremy Brown.

C'est plus un effort collectif maintenant.

50 ans de baisse des inscriptions

Le nombre d'élèves dans la province a atteint un creux d'environ 118 000 entre 2015 et 2017, mais a recommencé à augmenter en 2018. L'apparition de la pandémie de COVID-19 a brièvement freiné la croissance à l'automne 2020, mais depuis lors, les chiffres n'ont cessé d'augmenter.

Une vieille école.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'école élémentaire de Bass River dans le comté de Colchester a fermé ses portes en juin 2013. L'école ne comptait que 20 élèves lorsqu'elle a été fermée.

Photo : Radio-Canada

Le revirement est quelque peu surprenant après 50 ans de baisse des inscriptions. Le nombre d'élèves dans la province a régulièrement chuté, passant de plus de 200 000 au début des années 1970 à 129 121 cet automne, en raison du vieillissement de la population de la Nouvelle-Écosse et de la baisse du taux de natalité.

La chute du nombre d'élèves au fil des ans a entraîné des fermetures d'écoles dans toute la province, des compressions budgétaires et la réduction du personnel enseignant et autres.

Le président du syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse, Ryan Lutes, affirme que l'augmentation actuelle des inscriptions exacerbe les problèmes qui existaient déjà avant l'afflux d'élèves, notamment la pénurie de personnel enseignant.

Même avant la COVID-19, sans ce genre d'augmentation importante, il y avait des écoles de la province qui avaient vraiment du mal à trouver des suppléants, affirme M. Lutes.

De manière anecdotique, nous entendons dire que les écoles ont plus de mal cette année que l'année dernière avec ce problème.

Deux fillettes assises dans une classe.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président du syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse reconnaît que la hausse des inscriptions ajoute aux pressions du manque de personnel dans les écoles.

Photo : Reuters / Eric Gaillard

En plus de la pénurie d'enseignants, il n'y a pas assez de conseillers d'orientation, d'orthophonistes et de psychologues scolaires, ajoute Ryan Lutes.

Et c'est un problème, étant donné qu'une partie de l'augmentation des inscriptions est entraînée par l'immigration et l'arrivée de réfugiés, qui ont souvent besoin de services de soutien.

Le retour des élèves d'origine étrangère ajoute aussi aux statistiques. Au Centre régional d'éducation de Chignecto-Centre, dans le nord de la province, ils sont 164 cette année comparativement à seulement 16 l'an dernier.

Ces élèves venus d’ailleurs constituent environ 40 % de l'augmentation des inscriptions dans les écoles de la région cet automne.

Avec les informations de Frances Willick de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...