•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de masque, mais des vaccins contre la grippe, disent les autorités de la santé

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Dre Bonnie Henry, lors d'une conférence de presse le 5 décembre 2022.

La Dre Bonnie Henry soutient que le port du masque n'est pas essentiel dans les écoles et que la vaccination contre la grippe et la COVID-19 sont les meilleurs outils pour prévenir la maladie.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

Radio-Canada

Les autorités de la santé de la Colombie-Britannique conseillent fortement aux parents de faire vacciner leurs enfants contre la grippe alors que la province fait face à une saison des virus respiratoires qui survient plus tôt que prévu et que le temps d’attente aux urgences s’allonge.

Je ne peux pas insister assez sur l’importance du vaccin contre la grippe et particulièrement cette année, souligne la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, en expliquant que plus d’enfants n’ont pas été exposés au virus de la grippe durant les deux dernières années, ce qui fait qu’ils sont nombreux à tomber malades.

Elle souligne que le sommet de la saison grippale est arrivé deux semaines plus tôt qu’à l’habitude. Les données indiquent par ailleurs que le virus qui se propage principalement parmi les enfants provient de la souche influenza A alors que la COVID-19 continue de toucher particulièrement les adultes plus âgés.

Pas de masque obligatoire dans les écoles

Le port du masque obligatoire dans les écoles n’est toutefois pas une option. Les autorités sanitaires assurent que, bien que la mesure ait été essentielle l’année dernière durant les vagues de COVID-19, la situation actuelle ne requiert pas une telle mesure.

Nous sommes dans une situation complètement différente où plusieurs virus circulent et se transmettent parmi les enfants dans plusieurs contextes. Imposer uniquement le port du masque et uniquement dans les écoles ne fera pas de différence sur la trajectoire de la circulation des virus dans la communauté , explique Bonnie Henry.

Elle considère plutôt le port du masque comme une mesure de dernier recours qu’il faudrait instaurer partout en même temps et jumelé à d’autres mesures. Elle rappelle cependant l’importance de s’isoler si l’on ressent des symptômes de la grippe ou de la COVID-19.

Les autorités de la santé misent plutôt sur la vaccination des enfants pour limiter la transmission des virus. 

21 % des enfants de 6 mois à 5 ans ont été vaccinés contre la grippe et 20 % des enfants de 5 à 12 ans, explique le ministre de la Santé, Adrian Dix, en soulignant que beaucoup de progrès peuvent être faits d’ici la période des Fêtes.

La province n’instaurera pas non plus de cliniques de vaccination dans les écoles, considérant préférable de permettre aux parents d’aller faire vacciner toute leur famille en même temps.

Attendre 10 heures pour voir un pédiatre

Entre-temps, l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique, à Vancouver, continue de faire face à une vague de patients atteints de la grippe ou d’autres infections respiratoires, comme ailleurs au pays.

Vendredi, le temps d’attente estimé pour voir un médecin a atteint 10 heures, et était de plus de 9 heures samedi. Lundi, à 7 h, le temps d'attente était de plus de 5 heures 30 minutes.

La façade de l'hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique.

L’établissement affirme qu’il se coordonne avec l’unité de soins intensive pédiatrique de l’Hôpital général de Victoria et des régies de santé régionales pour s’assurer que les ressources appropriées sont déployées dans les établissements appropriés.

Photo : Radio-Canada / Justine Boulin

Dimanche, l’Hôpital a affirmé qu’il ne redirigeait pas de patients et qu'aucun enfant nécessitant le plus haut niveau de soins pédiatriques ne serait refusé.

Sarah Bell, la cheffe de l’exploitation de l’établissement, indique que les parents ne devraient amener leurs enfants s'ils ont une maladie respiratoire aux urgences que s’ils ont des difficultés respiratoires. Elle ajoute que les parents, dont les enfants de moins de 3 mois sont fiévreux et déshydratés à cause de la diarrhée ou de vomissements, devraient également les amener aux urgences.

« Il est inutile d’aller aux urgences si l'enfant à une toux, un rhume, un mal à la gorge, la grippe, une conjonctivite ou une otite. »

— Une citation de  Sarah Belle, cheffe de l’exploitation, Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique

Je n’ai jamais vu autant d’enfants atteints de maladies respiratoires, autant d’enfants malades au même moment, dit pour sa part Susan Kuo, médecin de famille à Richmond, dans le Grand Vancouver.

Tous les médecins de famille que je connais et moi, nous travaillons plus dur que jamais, assure-t-elle.

La Dre Kuo s’inquiète tout particulièrement des difficultés d’obtention de tests PCR de dépistage de la COVID-19. Pour donner un traitement approprié aux patients, elle doit déterminer s’ils sont atteints de COVID-19, de la grippe ou du virus respiratoire syncytial, soutient-elle.

Chris Brandt, père de jumeaux de 4 ans, a attendu quatre heures avec sa fille à l’Hôpital pour enfants la semaine dernière, et trois heures avec son fils, dans un hôpital de Sechelt samedi.

C’est difficile avec des enfants qui sont à un âge où ils ne comprennent pas pourquoi ils attendent. Je ne peux pas imaginer [une attente] de 10 à 12 heures, dit-il.

Avec les informations de Josh Grant et de Karin Larsen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...