•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prolongement de la ligne bleue : l’appel d’offres est lancé

Un homme monte dans une rame de métro.

Les cinq stations supplémentaires de la ligne bleue doivent être prêtes en 2029.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Société de transport de Montréal (STM) a lancé lundi l’appel d’offres en vue de la construction du tunnel qui prolongera de cinq stations la ligne bleue du métro jusqu’à Anjou, dans l’est de Montréal.

La société ou le consortium choisi par la STM sera responsable de creuser le tunnel de six kilomètres de long et de construire les stations. Pour creuser, on aura recours à tunnelier qui construira les parois du tunnel à l'aide de pièces de béton préfabriquées au fur et à mesure que l'immense machine progressera sous terre.

Schéma explicatif du fonctionnement du tunnelier qui sera utilisé pour prolonger la ligne bleue du métro de Montréal.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Schéma explicatif du fonctionnement du tunnelier qui sera utilisé pour prolonger la ligne bleue du métro de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Société de transport de Montréal

Le mastodonte de 10 mètres de diamètre sera alimenté à l’électricité. Il est écologique et silencieux, si bien que les citoyens ne seront possiblement même pas conscients de son passage sous leur domicile, souligne la STM.

Le tunnelier sera responsable de creuser la portion du tunnel qui reliera les futures stations Pie-IX et Anjou Ouest, celles qui sont situées les plus à l'est de la future ligne bleue. Quant au tronçon situé de l'arrière-gare de la station Saint-Michel à la station Pie-IX, elle sera creusée par excavation conventionnelle.

Le responsable du projet sera également responsable de l’excavation de l’édicule principal de la future station Pie-IX ainsi que celle des stations Viau et Lacordaire.

La STM annoncera le nom de la firme ou du consortium retenu au deuxième trimestre de 2023, selon un communiqué de la Société de transport de Montréal.

Les cinq nouvelles stations de métro se trouvent dans l’axe de la rue Jean-Talon, aux intersections des boulevards Pie-IX, Viau, Lacordaire et Langelier, et à la hauteur de la rue Bélanger, de part et d’autre de l’autoroute 25, pour la station terminale à Anjou. Selon le projet présenté en mars dernier, le futur REM de l'Est, s’il voit le jour, serait quant à lui relié à la future station Lacordaire.

Carte du parcours.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Emplacement des cinq nouvelles stations de la ligne bleue.

Photo : Radio-Canada / STM

« On le sait tous, le transport structurant est nécessaire pour la revitalisation de l’Est; c’est donc une excellente nouvelle que nous annonçons aujourd’hui. »

— Une citation de  Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie

Le projet doit être terminé en 2029 pour un coût évalué à 6,4 milliards de dollars, ce qui représente 1,28 milliard de dollars par station. Une facture qui pourrait encore grimper en raison de l’inflation et de la fragilité de la chaîne d’approvisionnement.

La majeure partie du budget de prolongement est assumée par le gouvernement du Québec. Ce à quoi s’ajoutent 1,3 milliard de dollars du gouvernement fédéral, soit l’équivalent d’environ 20 % des coûts du projet. La STM recevra aussi une subvention de 1,12 milliard de dollars de la part du gouvernement du Québec.

Le prolongement du métro jusqu’à Anjou doit amener plus de 25 600 usagers supplémentaires dans les couloirs du métro aux heures de pointe. Cette affluence représente environ 5300 automobiles de moins sur la route et l’élimination d’au moins 25 tonnes de GES par heure de pointe, selon les prévisions de la STM.

Pas au-delà d'Anjou pour le moment

Une carte montrant le prolongement de la ligne bleue.

Le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal.

Photo : Radio-Canada

Dans la mesure où le tunnelier sera déjà sous terre, il pourrait être rentable pour les pouvoirs publics de profiter de la présence de la machinerie pour prolonger le tunnel au-delà de la future station Anjou en prévision de besoins futurs.

Cette possibilité ne serait cependant pas dans les cartons de la STM pour le moment.

À terme, en 2029, le tunnelier pourrait être réutilisé pour d’autres projets de prolongement, mais il n’est pas prévu de creuser plus loin que pour les besoins actuels du projet de prolongement, a expliqué Philippe Déry, conseiller corporatif aux relations publiques de la STM.

L’usage prévu à ce stade pour le tunnelier et les paramètres d’opération, notamment le budget prévu pour son utilisation, sont ceux prévus dans le cadre de la portée du projet de prolongement de la ligne bleue, a précisé M. Déry.

43 ans plus tard...

Un panneau annonçant « des travaux préparatoires à la future station de métro [...] dès le printemps 2021 » dans le cadre du projet « Prolongement ligne bleue ».

Le projet de loi 66 adopté par l’Assemblée nationale en décembre 2020 a permis le commencement des travaux préparatoires, et ce, même si de nombreuses expropriations étaient contestées devant les tribunaux.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Autorisé en 1979 par l’ex-premier ministre René Lévesque, le prolongement vers l’est de la ligne bleue du métro de Montréal jusqu'à Anjou semble en voie de se réaliser, 43 ans plus tard. La patience est malheureusement de mise lorsqu'il est question de transport en commun au Québec, mais cette fois les choses semblent vouloir bouger.

« Notre gouvernement met tous les efforts nécessaires pour livrer ce projet attendu depuis trop longtemps. »

— Une citation de  Geneviève Guilbault, ministre des Transports du Québec

On ne le répétera jamais assez : à l’ère des défis climatiques, le développement des réseaux de transport collectif est au cœur des solutions pour soutenir la mobilité durable, affirme la ministre des Transports du Québec, Geneviève Guilbault, dans un communiqué.

Rappelant qu’aucune nouvelle station de métro n’a été inaugurée sur l’île de Montréal depuis 1988, la mairesse Valérie Plante se réjouit quant à elle de voir s’accélérer le rattrapage dans le développement du transport collectif.

Avec ses cinq nouvelles stations, la ligne bleue permettra de desservir de nouvelles clientèles qui auront enfin une solution de remplacement efficace à l’auto solo. Le prolongement de la ligne bleue nous permettra d’accélérer la transition écologique, tout en offrant des milieux de vie complets et réaménagés, explique Mme Plante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...