•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Satisfaction en région après une annonce sur les donneurs homosexuels

Un homme donne de son sang.

Un don de sang

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Ce changement offre la possibilité aux hommes homosexuels ayant eu des relations sexuelles récentes de donner du sang, une initiative saluée par Fierté Val-d’Or.

Héma-Québec déploie à partir d’aujourd’hui un formulaire d'admissibilité au don de sang non genré. 

Ce formulaire évalue désormais les donneurs en fonction de leurs habitudes de vie et comportements individuels et non pas en fonction de leur appartenance à un groupe jugé à risque, comme le fut longtemps la communauté homosexuelle. 

Le porte-parole d’Héma-Québec, Laurent Paul Ménard, estime que cette décision transforme le don de sang en geste inclusif. 

L’évaluation, auparavant, se faisait en fonction de l’appartenance à un groupe jugé à risque. Nous pouvions ainsi nous retrouver dans une situation où un couple d’hommes homosexuel dans une relation stable depuis longtemps pouvait ne pas se qualifier pour donner du sang, explique-t-il. 

Héma-Québec emboîte le pas au Royaume-Uni, où une telle initiative est en vigueur depuis juin 2021, ainsi qu'aux autres provinces canadiennes, qui sont en avance de quelques mois. 

Selon les données tirées du modèle britannique, Laurent Paul Ménard ne croit pas que ce changement augmentera de façon significative le bassin de donneurs au Québec. Si cela se produit, nous en serions fort heureux. C’est l’avenir qui nous le dira, indique-t-il. 

Fierté Val-d’Or satisfait 

L’organisme Fierté Val-d’Or considère qu’il s’agit d’une avancée importante

Au-delà de la possibilité d’augmenter l’approvisionnement de la réserve de sang, ce geste est très symbolique, explique le médecin de famille François Venne [...] Nous, ce qui nous satisfait, c’est la valeur symbolique de cette décision. Elle permet aux hommes gais de faire comme le reste de la société, c’est-à-dire de contribuer à sauver des vies. » 

Ça permet à des hommes gais, comme moi, de pouvoir donner du sang et peut-être sauver une vie, ajoute le membre du conseil d’administration de Fierté Val-d’Or. Héma-Québec doit baser ses décisions sur les données issues de la science. La science nous dit que ce n’est pas l’orientation sexuelle qui augmente le risque de contracter une maladie hématogène, mais bien les pratiques sexuelles. 

Comme François Venne, M. Ménard mentionne qu'une telle initiative ne présente aucun risque pour les receveurs.

Rappelons qu’Héma-Québec sera en Abitibi-Témiscamingue entre le 5 et le 8 décembre. L'organisation, qui récolte en moyenne 1000 dons par jour, espère atteindre un tel nombre durant son passage dans la région. 

L’organisme communautaire Fierté Val-d’Or organise annuellement un événement du même nom qui s’échelonne sur quelques jours, en juin, pour célébrer la diversité sexuelle et la diversité de genre. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...