•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grippe aviaire : les centres de réhabilitation de la faune sont submergés d’appels

Neuf cygnes trompettes se promènent dans un champ de la vallée du Fraser.

Des cygnes trompettes sur une exploitation agricole de la vallée du Fraser, en Colombie-Britannique, en novembre 2022

Photo : Radio-Canada / Murray Titus

Radio-Canada

Alors que de nombreux centres de réhabilitation de la faune font état d’un nombre grandissant d’oiseaux sauvages atteints de la grippe aviaire en Colombie-Britannique, les gouvernements fédéral et provincial rappellent à toute personne qui découvrirait ces oiseaux malades dans la nature de ne pas y toucher.

Je fais ce travail depuis 37 ans et c’est du jamais-vu, explique Elizabeth Melnick, qui réhabilite des animaux blessés ou orphelins dans son centre situé à Abbotsford.

Son refuge, qui fonctionne grâce à des dons, n’arrive pas à répondre à la demande du public, qu’il s’agisse de bernaches du Canada, de canards ou de corbeaux découverts en état de détresse à cause de la grippe aviaire.

D’après Mme Melnick, de même que la Wildlife Rescue Association, ces oiseaux n’ont plus de coordination, sont paralysés ou souffrent de convulsions.

Il n’existe aucun traitement pour soigner les oiseaux atteints de cette maladie qui peut affecter les êtres humains dans certains cas.

À l’heure actuelle, sept fermes avicoles commerciales à Abbotsford et à Chilliwack font l’objet d’une quarantaine. Il s'agit du même secteur où 17 millions d’oiseaux avaient été abattus en 2004 pour éviter que la grippe aviaire ne se propage davantage à l'époque.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments demande à toute personne qui trouverait un animal sauvage malade ou mort de communiquer avec le Réseau canadien pour la santé de la faune.

Le ministère des Forêts de la Colombie-Britannique conseille au public de communiquer avec la Wild Bird Mortality Reporting Line en composant le 1 866 4231-2473.

D'après les informations de Chad Pawson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...