•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La qualité de la prise en charge dans des CHSLD inquiète un organisme

Deux personnes âgées photographiées de dos alors qu'ils marchent dans un corridor, main dans la main.

Un couple dans un centre de soins pour personnes âgées.

Photo : Associated Press / Matt Rourke

Radio-Canada

L'organisme Les Usagers de la santé du Québec s'inquiète de la qualité des soins donnés aux personnes aînées dans les Centres d'hébergement de soins longue durée.

À la suite du processus d’évaluation de la qualité des soins et de prise en charge dans les CHSLD, 650 recommandations ont été formulées pour l'ensemble de la province, dont 65 en Abitibi-Témiscamingue.

Douze mois plus tard, 58% de ces recommandations ont été appliquées en Abitibi-Témiscamingue, ce qui déçoit l'organisation qui défend les droits des usagers du réseau de la santé.

Son président Pierre Blain dit qu'il est préoccupé par les nombreuses recommandations pour améliorer la qualité dans les CHSLD de la région qui ne sont pas mises en application.

Les problèmes qu'on décèle sont des problèmes qui sont importants pour la vie des gens en CHSLD. Entre autres au niveau de l'entretien des endroits et les problématiques de repas. Il y a une recommandation, entre autres, qui pour moi est absolument essentielle, c'est la confidentialité des données à l'intérieur et à ce niveau-là, il y a plusieurs CHSLD qui ne respectent pas là la confidentialité, explique le responsable.

Le rapport de l'inspection fait état de plusieurs problèmes dans les CHSLD de la région, en lien avec la propreté, les produits dangereux, les relations entre le personnel et les usagers, ainsi que leurs proches, la mission des comités sur les droits des usagers et un problème entourant l'attente des usagers pour un repas.

Pierre Blain rappelle que certaines recommandations pour la région ont été dressées en 2019 et d'autres sont faites en autoévaluation.

Les conclusions et recommandations proposées dans ces rapports n’ont pas de force exécutoire, leur implantation est essentiellement facultative. En conséquence, ces évaluations ne sont pas assez prises au sérieux, elles sont trop souvent partiellement ignorées, indique l'organisme.

Les visites d’évaluation de la qualité sont réalisées par le ministre de la Santé et des Services sociaux pour améliorer les services et l'environnement dans ces milieux de vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...