•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La municipalité de Roquemaure veut protéger les eskers contre l’industrie minière

Vue sur un ruisseau près d'Amos entouré de neige et de sapins. De petits flocons tombent du ciel.

L’esker Saint-Mathieu-Berry (archives).

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle Latraverse

Radio-Canada

La municipalité de Roquemaure souhaite protéger les eskers et les moraines de la région contre l'industrie minière.

Le 21 novembre dernier, le conseil municipal a adopté une résolution dans ce sens.

Le texte rappelle que ces endroits, qui représentent de riches sources d'eau douce, sont vulnérables aux contaminations.

Selon la municipalité, 20 % du territoire de l'Abitibi-Témiscamingue est couvert de titres miniers et plus de 5161 titres miniers touchent en totalité ou en partie les eskers de la région.

La municipalité de Roquemaure s'engage auprès de la MRC d'Abitibi-Ouest à désigner les eskers et les moraines de la région comme étant incompatibles avec l'activité minière.

Elle demande par le fait même au ministère des Ressources naturelles et des Forêts de soustraire aux activités minières ces lieux situés en Abitibi-Témiscamingue.

Selon l'article 304.1.1 de la Loi sur les mines, les municipalités régionales de comté, les MRC, ont des pouvoirs de protection de territoires qui peuvent être incompatibles avec l'activité minière. Et puis nous, ici, en Abitibi-Ouest, nous avons des eskers, des moraines. On veut garder ces points d'eau potable précieusement, donc c'est pour ça qu'on tente de militer pour faire protéger ces endroits, explique la directrice générale, greffière et trésorière France Pelletier.

Le 25 mai dernier, la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, l'organisme Eau secours, l'Action boréale, le Regroupement vigilance mines de l'Abitibi et du Témiscamingue ainsi que Mining Watch Canada ont demandé au gouvernement de soustraire les eskers de la région aux activités minières pour en faire des aires protégées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...